OCDE: « Le Royaume-Uni est la puissance la plus touchée par la crise en Ukraine »

L’économie britannique risque bien de se gripper l’année prochaine. Le Royaume-Uni souffre plus que les autres grandes nations industrielles des effets de l’invasion de l’Ukraine par la Russie. C’est ce qui ressort d’un rapport de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Selon l’OCDE, l’économie britannique connaîtra encore une croissance de 3,6% cette année, mais une croissance nulle l’année prochaine. L’inflation devrait atteindre une moyenne de 8,8% cette année et ne baisser que légèrement à 7,4% l’année prochaine.

Ralentissement économique

Ces prévisions représentent une forte détérioration par rapport à celles faites il y a six mois, où l’on évoquait une croissance de 4,7% cette année et de 2,1% l’année prochaine. Laurence Boone, économiste en chef de l’OCDE, souligne que le Royaume-Uni est frappé par une combinaison de facteurs, notamment des taux d’intérêt plus élevés, des taxes plus lourdes, une réduction du commerce et une énergie plus chère.

Le rapport indique que, dès cette année, le Royaume-Uni devrait figurer parmi les économies à la croissance la plus lente du G7. Le Canada aurait les pires résultats. Le Japon, l’Allemagne, l’Italie, la France et les États-Unis feraient mieux. Mais l’année prochaine, le Royaume-Uni devrait connaître une croissance économique inférieure à celle du Canada.

« Grâce au soutien apporté par les autorités britanniques pendant la pandémie, le pays a pu enregistrer la plus forte croissance du G7 l’année dernière », a noté un porte-parole du Trésor britannique dans une réaction au rapport. « Notre taux de chômage est également tombé à son plus bas niveau depuis près de 50 ans. Mais nous reconnaissons que de nombreuses personnes seront préoccupées par ces prévisions. »

« Bien que nous ne puissions pas isoler complètement le Royaume-Uni des pressions mondiales, notre économie est en bonne position pour relever ces défis », a ajouté le porte-parole. « Nous avons un plan de croissance et nous accompagnons la population dans le coût de la vie. »

Une inflation de 9% à travers le monde

Dans son rapport, l’OCDE note que l’économie mondiale paie un lourd tribut depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie. « Une crise humanitaire se déroule sous nos yeux, faisant des milliers de morts, forçant des millions de réfugiés à fuir leur foyer et menaçant la reprise économique qui était en cours après deux années de pandémie », souligne Laurence Boone.

« La Russie et l’Ukraine étant de grands exportateurs de matières premières, la guerre a considérablement augmenté les prix de l’énergie et de la nourriture, rendant la vie nettement plus difficile pour de nombreuses personnes dans le monde », ajoute-t-elle.

Dès lors, l’OCDE a abaissé ses prévisions de croissance mondiale pour cette année de 4,5% à 3%, tandis que l’inflation dans les 38 États membres de l’organisation devrait atteindre près de 9% en moyenne. C’est le double des prévisions faites en décembre de l’année dernière.

La croissance économique de l’année prochaine devrait être de 2,8%. Il s’agit là aussi d’une baisse significative par rapport au niveau de 3,2% prévu il y a six mois.

« La hausse de l’inflation dans le monde entier érode le revenu disponible réel et le niveau de vie des ménages, et sape à son tour la consommation », avertit Laurence Boone. « L’incertitude décourage les investissements des entreprises et menace de limiter l’offre pour les prochaines années. »

« Dans le même temps, il convient de noter que la politique stricte de la Chine vis-à-vis du coronavirus continue de peser sur les perspectives mondiales, en faisant baisser la croissance intérieure et en perturbant les chaînes d’approvisionnement mondiales. »

L’OCDE est le deuxième organisme international à abaisser ses prévisions de croissance ces derniers jours. Plus tôt cette semaine, la Banque mondiale a également mis en garde contre un retour imminent de la stagflation – combinaison d’une faible croissance et d’une forte inflation – dans le style des années 1970.

(OD)

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20