La Banque mondiale met en garde contre la stagflation et voit des similitudes avec les années 1970

La Banque mondiale est plutôt pessimiste quant à ce que l’avenir nous réserve. L’institution financière basée à Washington a abaissé ses prévisions de croissance pour cette année à 2,9 %. Au début de cette année, on parlait encore d’une croissance attendue de 4,1 %.

La Banque mondiale est avant tout préoccupée par l’impact de la guerre en Ukraine sur la croissance économique de nombreux pays. « Cette guerre a exacerbé le ralentissement de l’économie mondiale. L’économie mondiale entre maintenant dans une période prolongée de faible croissance et d’inflation élevée », note l’institution financière dans ses prévisions.

Problèmes à répétition

La guerre en Ukraine n’est pas la seule à peser sur les perspectives de croissance économique. La Banque mondiale cite également les problèmes liés aux chaînes d’approvisionnement et les récents regains épidémiques en Chine. L’organisation a donc abaissé ses prévisions de croissance pour cette année à 2,9 %. Pour la zone euro, l’institut prévoit une croissance économique de 2,5 %, contre 4,2 % dans les prévisions précédentes.

« Le risque de stagflation est actuellement important », prévient David Malpass, président de la Banque mondiale. « La croissance modérée devrait se poursuivre tout au long de la décennie en raison de la faiblesse des investissements dans la plupart des pays du monde. Dans de nombreux pays, l’inflation a atteint son niveau le plus élevé depuis des décennies. En plus de cela, nous nous attendons à ce que l’offre augmente lentement, ce qui signifie que la dépréciation monétaire pourrait persister pendant longtemps. »

« Entre 2021 et 2024, le rythme de la croissance mondiale devrait ralentir de 2,7 points de pourcentage », poursuit M. Malpass. « C’est plus du double du ralentissement observé entre 1976 et 1979 ».

Similitudes avec les années 1970

La Banque mondiale voit également des similitudes avec les années 1970, lorsque le monde a dû aussi faire face à une crise pétrolière. À l’époque, il y avait également un déséquilibre persistant du côté de l’offre, ce qui a entraîné une forte inflation.

Pour lutter contre cette dévaluation monétaire, il avait fallu augmenter les taux d’intérêt, comme c’est le cas aujourd’hui. Et celles-ci avaient été si hautes qu’elles ont déclenché une récession mondiale et une série de crises financières dans les marchés émergents et les économies en développement en 1982.

L’institution note toutefois qu’il existe certaines différences entre aujourd’hui et les années 1970. Par exemple, le dollar était alors beaucoup plus faible qu’aujourd’hui. En outre, les hausses des prix des produits de base sont moins prononcées aujourd’hui et les institutions financières ont généralement des bilans solides.

Christine Lagarde, présidente de la Banque centrale européenne (BCE), a récemment déclaré que la situation actuelle ne pouvait être comparée à celle des années 1970. « À l’époque, la chute de la croissance économique après le premier choc pétrolier était importante – 8 points de pourcentage – et l’inflation était plus élevée qu’aujourd’hui. En outre, la hausse des prix était alors alimentée par des augmentations de salaire en réponse à l’inflation. Aujourd’hui, nous ne voyons pas cela », a-t-elle déclaré dans une interview accordée au journal slovène Delo.

MB

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20