Markten:
Markten inladen...

VENDREDI 14 AOûT

Business 24/7

Zoeken
scrollTop top

Nouveau sur les marchés financiers : les obligations à… 100 ans

Logo Business AM
Geen categorie

04/05/2016 | Audrey Duperron | 3 min de lecture

La Belgique et l’Irlande se sont récemment distinguées en proposant des obligations souveraines avec une échéance… à 100 ans, rapporte le Financial Times.   En mars, l’Irlande a levé 100 millions d’euros sur 100 ans avec un taux d’intérêt de 2,35%, un taux inférieur à celui que les Etats Unis payent pour leurs obligations à 30 ans. Le mois dernier, la Belgique lui a emboîté le pas, empruntant elle aussi 100 millions d’euros au même taux. Sur les marchés financiers, l’horizon le plus courant est à 10 ans, ce que l’on considère être le long terme généralement est 30 ans, et les obligations à 100 ans sont très rares. Seuls quelques pays, incluant le Mexique et les Philippines, ont pu se permettre de se lancer dans de telles émissions. Selon les analystes, ces adjudications montrent que les marchés anticipent une faible inflation pour les décennies à venir. Ils soupçonnent que les acheteurs de tels produits sont des assureurs européens pour lesquels c’est l’une des seules manières de faire face à leurs engagements dans un environnement de taux d’intérêt très faibles, voire négatifs. En effet, comme les fonds de pension, les assureurs sont obligés de chercher les meilleurs taux de rendement, et les deux seules manières dont ils peuvent y parvenir, c’est d’accepter plus de risque, soit avec des échéances plus longues, soit avec des produits intrinsèquement plus risqués. Cependant, la réglementation interdit cette seconde option pour certains investisseurs.Récemment, d’autres pays ont aussi émis des obligations avec des maturités très longues : l’Italie a emprunté à 30 ans, la France ainsi que la Belgique, à 50 ans. A chaque fois, ces adjudications ont été un grand succès. L’Italie a ainsi levé 25 milliards d’euros contre des bons à 30 ans. Les obligations avec ces maturités très longues présentent un risque spécifique : le risque de duration, ce qui signifie qu’elles sont plus sensibles aux variations des taux d’intérêt, et que leurs détenteurs peuvent perdre beaucoup d’argent en cas de hausse des taux d’intérêt.


Pour aller plus loin...