Contagiosité, dangerosité, vaccins… Ce que l’on sait sur la nouvelle variante du Sars-CoV-2

La découverte d’une nouvelle variante du coronavirus au Royaume-Uni, qui serait jusqu’à 70% plus contagieuse que la précédente souche, a poussé les autorités locales à reconfiner Londres et une partie de l’Angleterre. Dans le même temps, de nombreux pays, dont la Belgique, ont suspendu leurs liaisons avec la Grande-Bretagne. Le point sur la situation.

Le secrétaire britannique à la Santé, Matt Hancock, a déclaré dimanche que la nouvelle souche de Sars-CoV-2 découverte ces derniers jours était ‘hors de contrôle’. Ce qui explique pourquoi les autorités ont été amenées à reconfiner Londres, ainsi qu’une partie de l’Angleterre, des zones où la variante est rapidement devenue la plus courante, selon l’agence britannique de statistiques (ONS).

‘Malheureusement la nouvelle souche était hors de contrôle. Nous devions reprendre le contrôle, et la seule manière de le faire, est de restreindre les contacts sociaux’, a-t-il déclaré sur Sky News. ‘Ce sera très difficile de la garder sous contrôle jusqu’à ce qu’un vaccin soit déployé (…) Nous avons encore un long chemin à parcourir pour résoudre ce problème.’

Plus contagieuse

La nouvelle souche porte notamment une mutation, baptisée N501Y, dans la protéine de la ‘spicule’ (spike) du coronavirus, cette pointe qui se trouve à la surface du virus et lui permet de s’attacher aux cellules humaines.

La variante serait ainsi 70% plus infectieuse, comme l’a fait savoir le Premier ministre britannique Boris Johnson dès samedi. Le conseiller scientifique du gouvernement, Patrick Vallance, a pour sa part indiqué que la variante était en train de devenir la forme ‘dominante’ du virus et qu’elle avait déjà entrainé ‘une très forte hausse’ des hospitalisations en décembre.

Selon lui, elle serait apparue mi-septembre à Londres ou dans le Kent (sud-est). Mais selon le Dr Julian Tang, de l’Université de Leicester, ‘cette mutation N501Y circulait déjà sporadiquement bien plus tôt cette année en dehors du Royaume-Uni, en Australie en juin-juillet, aux Etats-Unis en juillet et au Brésil en avril’.

Mais pas plus dangereuse?

Si à ce stade, il semble acquis que la nouvelle variante est plus contagieuse, ‘rien n’indique pour le moment que cette nouvelle souche cause un taux de mortalité plus élevé ou qu’elle affecte les vaccins et les traitements, mais des travaux urgents sont en cours pour confirmer cela’, a précisé le médecin-chef de l’Angleterre, Chris Whitty.

‘D’après tout ce que nous savons à l’heure qu’il est et à la suite d’entretiens qui ont eu lieu avec les experts des autorités européennes’, la nouvelle souche ‘n’a pas d’impact sur les vaccins’. Ceux-ci restent ‘tout aussi efficaces’, a confirmé dimanche soir le ministre allemand de la Santé, Jens Spahn, sur la chaîne de télévision publique ZDF.

300.000 mutations

Plusieurs experts scientifiques ont également tenu à rappeler que les mutations chez les coronavirus n’étaient absolument pas rares.

‘Les coronavirus mutent tout le temps et il n’est donc pas surprenant que de nouvelles variantes du Sars-CoV-2 émergent’, a expliqué ce week-end le professeur Julian Hiscox, de l’université de Liverpool. ‘Le plus important est de chercher à savoir si cette variante a des propriétés qui ont un impact sur la santé des humains, les diagnostics et les vaccins’.

Le généticien français Axel Kahn a pour sa part souligné sur sa page Facebook que ‘trois cent mille mutants de CoV-2 ont été séquencés dans le monde’, à ce jour. ‘Plus il y a de virus produits, donc de personnes infectées, plus il y a de mutations aléatoires et plus grande est la fréquence de mutations avantageuses pour le virus’, a-t-il encore précisé.

Quid en Belgique?

‘On n’a pas encore assez de données pour parler précisément de sa présence dans d’autres pays’, a déclaré le porte-parole interfédéral Covid-19, Yves Van Laethem, au site de La Libre dimanche. ‘On sait juste qu’elle a été détectée également en Hollande et en Belgique en petit nombre. Il est encore impossible d’affirmer que cette mutation est à la base des (moins bons) chiffres actuels. Nous devons attendre plus de résultats, surement dans les jours qui viennent.’

Par précaution, la Belgique a décidé ce week-end d’interdire les vols et trains en provenance du Royaume-Uni. ‘Une sage précaution, selon Yves Van Laethem, ‘au moins le temps de se rendre compte au niveau européen de ce qu’il se passe. Nous devons nous demander si les Anglais ont détecté une mutation déjà répandue plus largement en Europe ou si cette variante est vraiment née en Angleterre et qu’il faut bloquer sa propagation. Les pays européens se concertent actuellement et je pense qu’on peut s’attendre à une position commune assez rapidement. C’est nécessaire, car la Belgique qui agit toute seule, ça n’a pas de sens.’

Avant notre pays, les Pays-Bas avaient été les premiers à interdire les vols en provenance du Royaume-Uni. Depuis lors, d’autres pays leur ont emboîté le pas, dont la France et l’Allemagne. L’Italie et l’Autriche devaient également suspendre ses liaisons aériennes.