Psyché : La NASA lance une mission vers un astéroïde qui pourrait écraser… notre économie

À une distance 3 fois plus grande que celle qui sépare la Terre du Soleil, se trouve une énorme boule de métal d’environ 252 km de diamètre, l’astéroïde 16-Psyché. Il fera l’objet de la prochaine mission de la NASA, qui pourrait débuter dès 2022. Si tout se passe comme prévu, en 2026, un vaisseau robotisé atterrira sur Psyché. Non seulement la mission débutera plutôt que prévu, mais de plus, les chercheurs de la NASA ont trouvé un moyen d’atteindre Psyché 4 ans plus tôt que prévu, grâce à un itinéraire plus éloigné du soleil.L’objectif principal de cette mission est de recueillir des informations à propos de notre propre système solaire. Elle « aidera à mieux comprendre comment le Soleil et sa famille de planètes se sont formés, ont évolué au cours du temps, et sont devenus des lieux où la vie a pu se développer et se maintenir », écrit la NASA.Car cet astéroïde a une particularité : à l’instar de la Terre, son cœur est composé d’un mélange unique de fer et de nickel. Pour cette raison, certains astronomes spéculent qu’il pourrait être le vestige du cœur d’une planète.Il est situé dans la Ceinture d’astéroïdes qui encercle notre système solaire.

Une véritable mine d’or

Mais Psyché est autrement remarquable. La quantité de métal qu’il contient est si importante qu’elle pourrait détruire l’économie mondiale. En effet, au cours actuel de ces métaux, il y en aurait pour un montant… astronomique : 10 000 quadrillions de dollars (un quadrillion vaut mille fois un million de million). C’est bien plus que la richesse actuelle cumulée de notre planète.Mais il n’est pas nécessaire de s’inquiéter. en effet, pour le moment, personne ne dispose de la technologie nécessaire pour ramener ces métaux sur terre. En outre, on peut également supposer que l’arrivée d’une quantité aussi massive de fer et de nickel conduirait à l’effondrement des cours.

La genèse d’un business

Toutefois, une telle mine d’or suscite bien des convoitises. Des entreprises américaines, dont Planetary Resources, une firme de Seattle fondée par groupe de magnats des techs soutenus par le réalisateur James Cameron, le cofondateur de Google Larry Page, ainsi que par le Président du conseil d’administration d’Alphabet, Eric Schmidt, prévoient déjà d’exploiter ce filon. Elles envisagent de concevoir et d’envoyer des vaisseaux robotiques pour extraire les richesses minières des astéroïdes.L’Europe n’est pas en reste. L’année dernière, Le Vice-Premier ministre du grand-duché du Luxembourg, Étienne Schneider, a annoncé la participation du pays un programme d’exploitation minière des astéroïdes.