Mike Bloomberg crée une entreprise… pour soutenir sa propre campagne électorale

Isopix

Le candidat démocrate à la présidence des États-Unis, Mike Bloomberg, investit des millions dans une entreprise numérique secrète qui soutient sa campagne électorale. Nommée Hawkfish, elle compte parmi ses membres d’anciens dirigeants de Facebook et de Foursquare.

L’ancien maire de New York a fondé la société au printemps dernier. Avant même qu’il ne se lance dans la course électorale, donc… ‘Hawkfish est le principal fournisseur de services numériques’, a déclaré la porte-parole de la campagne de Bloomberg. La société offre des services de publicité numérique, tels que la création et le placement d’annonces, mais aussi leur analyse.

Des publicités anti-Trump

Toute l’opération se déroule dans le plus grand secret. Il n’y a pas de site web public et ni d’autres liens entre la société et le Parti démocrate aux États-Unis. Cependant, il est clair que Bloomberg, par l’entremise de Donald Trump, veut mettre le feu aux poudres. Le milliardaire a déjà annoncé qu’il dépensera plus de 100 millions de dollars pour des publicités anti-Trump.

Parmi les gestionnaires de Hawkfish, on retrouve deux personnes relativement connues. D’une part, il y a Gary Briggs, qui a été le chef du marketing chez Facebook pendant des années. Il a récemment annoncé sur les réseaux sociaux qu’il est devenu le directeur numérique de ‘Mike Bloomberg 2020’. D’autre part, Jeff Glueck, ancien PDG de la plate-forme en ligne Foursquare.

‘Pas de drapeau rouge’

Bien qu’il soit inhabituel de créer sa propre entreprise pour aider à une campagne présidentielle, Bloomberg ne viole pas les lois de la Commission électorale fédérale (FEC). ‘Pour l’instant, nous ne remarquons aucun signe alarmant’, déclare un dirigeant de la FEC. ‘Il nous semble important que la campagne de Bloomberg paie des prix équitables pour les biens et services que Hawkfish fournit.’

Ce dernier point semble pourtant peu probable, car Hawkfish semble travailler exclusivement pour la campagne électorale de Bloomberg. Par exemple, les postes vacants pour Hawkfish, comme ceux de rédacteur et de graphiste, sont affichés sur le site web de la campagne de Mike Bloomberg.

Plus d’accréditations

La candidature de Bloomberg n’est pas incontestée. L’Américain possède également l’agence de presse du même nom. Là, ils ont fait savoir ‘qu’ils ne l’examineraient plus de façon critique’. La campagne de Trump y a réagi furieusement, annonçant que les journalistes de Bloomberg ne recevraient plus d’accréditation pour les événements de la campagne.

Et puis il y a aussi l’histoire des systèmes informatiques de Bloomberg, qui redirigeaient temporairement les utilisateurs vers le site de sa campagne…