Même les derniers alliés de Poutine ne reconnaissent pas les référendums en Ukraine occupée

Le fait que les référendums organisés dans les régions occupées d’Ukraine, au cours desquels les habitants doivent choisir de rejoindre ou non la Russie, ne se déroulent pas entièrement comme ils le devraient, était prédéterminé. En conséquence, la plupart des pays ne les reconnaissent pas, et même certains des derniers alliés de Poutine l’abandonnent désormais.

La semaine dernière, les républiques populaires de Donetsk et de Louhansk, deux États vassaux de la Russie établis en 2014 par les rebelles pro-russes d’Ukraine, ont annoncé la tenue de référendums au cours desquels les citoyens devront décider si cette partie du pays appartient désormais à la Russie. Les pourcentages devraient ici tendre vers les 100 % : le gros de la population anti-russe est parti ou a été tué et, en l’absence d’observateurs neutres, la Russie n’aura aucun mal à afficher des résultats qui conviennent à Poutine.

Surveillance des urnes

Il a donc été immédiatement clair que les référendums ne seraient pas équitables. Des photos d’un soldat de la milice privée Wagner Group gardant un bureau de vote, ou des vidéos d’employés de bureaux de vote faisant du porte-à-porte, suivis par deux soldats lourdement armés (vraisemblablement des Tchétchènes) ; la crédibilité des « référendums indépendants » s’est très vite évaporée.

Ajoutez à cela le fait que presque personne ne reconnaîtra leurs résultats. Le Conseil de l’Europe, une organisation internationale de défense des droits de l’homme comptant 46 États membres, dont tous les pays du continent européen (à l’exception du Kosovo, de la Cité du Vatican, du Belarus et de la Russie), a déjà indiqué que ces référendums n’étaient pas légitimes.

« Nous rejetons ce persiflage d’une démocratie et réaffirmons notre attachement à l’indépendance, à la souveraineté et à l’intégrité territoriale de notre État membre, l’Ukraine, à l’intérieur de ses frontières internationalement reconnues », a déclaré EUObserver citant les propos de Marija Pejčinović Burić, secrétaire générale du Conseil de l’Europe.

Il convient toutefois de noter qu’avec cela, la Serbie s’est également prononcée contre les référendums. La position serbe a été réitérée ensuite par le ministre des Affaires étrangères Nikola Selakovich. Il a souligné que les référendums violent la Charte des Nations unies et les principes et normes généralement admis du droit international. Une déclaration quelque peu frappante étant donné que la Serbie du président Aleksandar Vučić est sur une trajectoire particulièrement prorusse.

Les derniers alliés tournent le dos

Mais la Serbie n’est pas la seule à rejeter la légitimité des référendums. La Chine, qui a longtemps été l’un des plus proches alliés de Poutine, semble également se rendre compte que la Russie ne gagne pas cette guerre. S’accrocher plus longtemps à cette alliance reviendrait à se tirer une balle dans le pied.

À l’Assemblée générale des Nations unies, le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi a rencontré son homologue ukrainien Dmytro Kouleba. Par la suite, le ministre chinois a fait passer le message que la Chine (comme le Conseil de l’Europe) respecte l’indépendance, la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Ukraine et œuvre pour la fin du conflit. Il a été également rejoint par le ministre des Affaires étrangères de l’Inde, un autre pays avec lequel Poutine entretient des liens étroits.

La liste des pays qui se retournent discrètement contre Poutine commence à s’allonger. En Afrique, où la population a encore en tête la colonisation occidentale et où Poutine tente de prendre pied (notamment en déployant des mercenaires du groupe Wagner pour la protection contre les rebelles et les terroristes), il trouve encore des soutiens. Sur le continent eurasien, en revanche, il en a de moins en moins.

MB

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20