Magasins non-essentiels, Noël, enseignement… Qu’attendre du Comité de concertation de ce vendredi?

Alexander De Croo (Open Vld)
Alexander De Croo (Open Vld) – Isopix

Le Comité de concertation se réunira ce vendredi après-midi pour discuter de la situation sanitaire en Belgique. Les chiffres, bien qu’en baisse, sont toujours dans le rouge. Mais la pression sur le gouvernement pour la réouverture des commerces dits ‘non-essentiels’ est plus forte que jamais, alors que les fêtes de fin d’année se rapprochent de plus en plus.

Le confinement fait son boulot et les chiffres du coronavirus en Belgique sont en baisse depuis plusieurs semaines. Aujourd’hui, Sciensano a annoncé une moyenne de 3.082 cas quotidiens au cours des 7 derniers jours. 270 personnes sont admises tous les jours à l’hôpital. À la date du mercredi 25 novembre, il y avait 4.570 personnes hospitalisées, dont 1.071 en soins intensifs. En outre, 156 décès sont recensés quotidiennement. La situation reste grave.

Toutefois, un assouplissement des règles est de plus en plus envisagé par les ministres belges avec les fêtes de fin d’année qui arrivent. Ils se réunissent donc à 13h au Palais d’Egmont pour en discuter. Voici les sujets sur la table:

Réouverture des commerces

Pendant le confinement, une série de magasins considérés comme ‘non-essentiels’ ont dû fermer leurs portes. La question de ce qui est essentiel ou non a été longuement débattue, mais aujourd’hui, c’est une autre question qui sera sur toutes les lèvres: va-t-on permettre à ces magasins de rouvrir?

La situation sanitaire est un gros argument pour maintenir le confinement. Les experts du Risk Assessment Group (RAG) sont unanimes là-dessus: il est trop tôt pour un quelconque assouplissement.

Mais de nombreux arguments pour la réouverture ont fait leur apparition ces derniers jours. Tout d’abord, les fêtes de fin d’année sont l’un des plus gros mois de l’année pour les commerçants et cela commence parfois bien avant décembre. Cette année, il rate déjà le black Friday qui a lieu ce vendredi. Difficile donc de concurrencer les gros commerces en ligne sans pouvoir ouvrir les magasins. Maintenir fermer les magasins en décembre, c’est faire perdre énormément d’argent aux petits commerçants qui ont déjà eu une année très difficile. Mais c’est aussi risquer les débordements si la Belgique ne rouvre les commerces qu’à la fin décembre. Tout le monde voudra acheter ses cadeaux en même temps, ce qui ne fera qu’augmenter les contaminations. Cela pourrait être évité si les restrictions commerciales étaient levées plus tôt.

Autre argument: à partir de samedi, tous les magasins des pays limitrophes seront ouverts. Il sera très tentant pour les frontaliers d’aller en France, en Allemagne, aux Pays-Bas ou au Luxembourg. Ce qui, une nouvelle fois, désavantagera les magasins belges.

Le Comité de concertation pourrait proposer des solutions à mi-chemin entre la réouverture et le maintien du confinement. Début du mois, Unizo avait par exemple évoqué l’idée d’ouvrir les magasins sur rendez-vous, permettant ainsi à la population de magasiner en évitant les contaminations. Autre possibilité: établir des règles très strictes pour la réouverture, avec, par exemple, un nombre très limité de personnes autorisées dans les magasins.

Les fêtes de fin d’année

Dans 28 jours, c’est Noël. Si ce compte à rebours était synonyme de joie les années précédentes, cette année il apporte plutôt un certain stress. Comment allons-nous fêter la fin d’année ? La France a déjà annoncé la couleur avec un déconfinement dès le 15 décembre et un couvre-feu levé le 24 et le 31 décembre.

En Belgique, les avis sont très divergents. Certains politiques poussent à l’allègement des mesures sanitaires pour les fêtes, d’autres préfèrent rester assez strictes. Le Premier ministre a déjà annoncé la couleur : ‘Ce sera un Noël à petite échelle, ce sera un Noël prudent’. Mais quelles seront les règles d’un Noël prudent ? Devrons-nous fêtes Noël uniquement au sein du foyer ? Où pourrons-nous inviter deux ou trois membres de notre famille ? Ce sont ces règles qui devront être discutées lors du Comité de concertation.

Le baromètre coronavirus

Il devrait finalement être présenté ce vendredi. La version définitive est toutefois bien plus allégée que prévu. À la place de 4 phases, il n’y en aura plus que deux : la phase de confinement et la phase de déconfinement. Selon le baromètre, le déconfinement, phase où la situation sanitaire est considérée comme maitrisée, n’est lancé que lorsque l’incidence est à 100 cas par 100.000 habitants. Autant dire qu’on en est loin, puisque l’incidence belge est actuellement à 434,1. L’annonce d’une telle limite ne coïnciderait pas du tout avec la possible réouverture des magasins.

Examen dans l’enseignement supérieur

La ministre de l’Enseignement supérieur, Valérie Glatiny présentera ses propositions pour les examens de janvier au Comité de concertation. L’idée est de conserver la majorité des examens à distance en janvier, sauf pour quelques matières où il est difficile de juger par caméra interposée les connaissances de l’étudiant. Cela concerne notamment les études d’infirmerie, d’art ou de médecine. Le report des examens, comme cela avait été imaginé il y a quelques jours, ne fera normalement pas partie des propositions.