L’Islande souffre de son tourisme

Depuis l’éruption du volcan Eyjafjallajökull en 2010, le tourisme a connu une forte croissance en Islande. Cette année, 1,7 millions de touristes sont attendus dans ce pays, soit près de six fois plus sa population de 330.000 habitants. Le tourisme a joué un rôle important pour la reprise de l’économie islandaise après la crise de 2008 et il a créé beaucoup d’emplois, mais il n’est pas sans conséquence sur l’environnement. Désormais, le tourisme rapporte plus à l’Islande que la pêche ou la production d’aluminium, des secteurs pourtant essentiels pour ce pays.80% des touristes visitent l’Islande pour sa nature intacte, mais celle-ci souffre de cette attention. L’impact exact sur les glaciers, les paysages, les volcans et les lagunes n’est pas encore connu, mais les experts s’inquiètent et ils affirment que l’impact du tourisme sur l’environnement est déjà évident. En outre, 75% de la population estiment que la pression du tourisme sur la nature est trop élevé, selon un sondage réalisé par l’Université d’Islande et l’Office du tourisme islandais. Ils souhaitent que leur pays améliore les infrastructures et les transports en commun pour mieux canaliser le trafic des visiteurs. L’année dernière, une  « Tourism Task Force”, associant le gouvernement avec des organisations de protection de l’environnement et de promotion du tourisme a été créée pour développer un tourisme responsable. Celui-ci sera basé sur l’information des visiteurs sur les comportements responsables, la mise en place de sanitaires et d’un système de collecte des déchets dans les zones vulnérables, ainsi que la protection d’aires fragiles.