L’Inde retente son objectif Lune en 2020

Pixabay

L’objectif du programme spatial de l’Inde est simple: se poser enfin sur le pôle Sud de la Lune. Si elle y arrivait, l’Inde serait le 4e pays à alunir sans encombre. Mais aujourd’hui, elle n’est pas la seule à vouloir atteindre cet astre.

En septembre dernier, la première tentative d’alunissage de l’Inde échouait alors que la sonde était à moins d’un kilomètre de son objectif. L’agence spatiale a perdu le contact avec l’alunisseur et l’engin n’a pas pu réaliser une décélération complète avant d’atteindre la surface de la Lune. Le crash était inévitable. 

Mais c’est loin de démoraliser l’ISRO, l’organisme indien pour la recherche spatiale. Hier, son président, Kailasavadivoo Sivan a annoncé qu’ils allaient retenter l’expérience. Le programme Chandrayaan-3 a d’ailleurs déjà débuté. Le but reste le même: se poser sur la face cachée de la lune, c’est-à-dire son pôle sud. Ce territoire est encore trop peu connu. Pour l’instant, la Chine est le seul pays à avoir réussi à se poser.

Lire aussi: Les 7 moments spatiaux qui nous ont mis des étoiles dans les yeux en 2019 (ou pas)

Il faut dire que depuis la fin de la guerre froide, la lune a un peu été délaissée par les agences spatiales du monde entier. C’était pourtant l’un des grands enjeux du conflit entre les USA et l’URSS. De ce fait, seulement trois pays ont réussi à se poser sur le seul satellite naturel de la Terre: les États-Unis, la Russie et la Chine. En devenant le 4ème pays à alunir, l’Inde démontrerait au monde entier qu’elle est une véritable puissance spatiale.

L’Homme de retour sur la Lune dans les prochaines années?

L’Inde a aussi annoncé qu’elle voulait tenter d’envoyer des hommes sur la Lune. Quatre astronautes ont été recruté et devraient bientôt commencer à se préparer pour le vol habité Gaganyaan. Mais la fusée est loin d’être prête et le vol ne devrait avoir lieu avant 2022. Une belle manière de fêter les 75 ans de l’indépendance du pays. 

Mais l’Inde n’est pas la seule à rêver de poser le pied sur le sol lunaire. La Nasa travaille sur un nouveau vol habité qui devrait décoller dans moins de 5 ans. C’est en tout cas le rêve du président américain Donald Trump. L’agence envisage un équipage en partie féminin pour qu’une femme puisse poser pour la première fois son pied sur la Lune. 

De son côté, l’entreprise SpaceX a comme ambition d’emmener des hommes sur la lune dès 2023. Il s’agirait d’une étape intermédiaire avant le grand voyage vers Mars promis par Elon Musk.

Lire aussi: Elon Musk révèle le futur de SpaceX pour 2020, digne d’un film de science-fiction