L’étrange maladie – potentiellement mortelle – liée à l’usage de cannabis

Les cas de troubles gastriques graves se multiplient dans certains États américains. Un phénomène inexpliqué, jusqu’à ce que les patients constatent que les symptômes passaient s’ils arrêtaient de fumer de l’herbe. Mais certains malades en sont morts.

Pour un produit stupéfiant, la weed a plutôt une bonne image. Sa consommation est parfois perçue comme une mauvaise habitude, voire comme une dépendance psychologique à surmonter pour certains usagers réguliers. Mais cela fait longtemps qu’on ne la met plus dans la même catégorie que des produits vraiment dangereux pour l’usager comme pour son entourage, tels que l’héroïne ou la cocaïne. Ou même l’alcool. Mais ce n’est pas pour autant que la marijuana est un produit totalement inoffensif : son usage répété peut entrainer des crises d’angoisse, voire de paranoïa. Et son rôle dans le déclenchement d’épisodes psychotiques chez certaines personnes reste obscur.

Des nausées à en crier

Mais c’est un trouble totalement différent qui a été découvert par des soignants du Colorado, un État américain où l’usage médical du cannabis est légal depuis 2009. Et où on assiste à une hausse importante du nombre de patients hospitalisés pour d’inquiétantes crises de vomissement. À tel point que les médecins ont baptisé ce trouble « Scromiting« , une anagramme entre « screaming » et »vomiting« . Ce qui laisse imaginer à quel point ces crises peuvent être douloureuses et incontrôlables. Un jeune homme de 17 ans qui en a été victime a prétendu par après que « C’était comme si Edward aux mains d’argent (Edward Scissorhands) tentait de lui agripper les intestins pour les extraire. »

Morts déshydratés

Il s’agit là d’un cas extrême : la majorité des personnes atteintes ressentent des douleurs abdominales et des nausées matinales. Mais toutes ont la particularité d’être des usagers quotidiens de cannabis. Et cette affection semble bien liée à leur consommation car quand, faute d’une meilleure piste, les soignants leur ont proposé d’arrêter la weed, les syndromes ont très vite disparu. Ce trouble a été baptisé plus officiellement cannabinoid hyperemesis syndrome (CHS). Et si la majorité des patients s’en sort avec une abstinence forcée, dans certains cas très rares, le syndrome peut entrainer la mort. The American Journal of Gastroenterology relève deux cas où les victimes ont succombé à une déshydratation causée par les vomissements.

Légalisation ?

Cette découverte tombe alors que les Démocrates américains envisagent de légaliser le cannabis à l’échelon fédéral aux États-Unis. Cette découverte pourrait-elle mettre un coup d’arrêt aux politiques anti-prohibition, aux USA comme ailleurs ? En fait, ça serait plutôt l’inverse. La consommation de cannabis est attestée depuis 5.000 ans, et ce n’est pas l’illégalité de cette substance qui arrête les consommateurs, bien au contraire.

C’est justement l’autorisation de la consommation, ou du moins sa tolérance, qui a permis à des médecins d’étudier ce symptôme. Car les patients assument bien plus aisément qu’ils sont des usagers du cannabis, plutôt que de le cacher, de peur du jugement des soignants, voire de poursuites judiciaires. Légaliser un produit permet souvent de soigner plus aisément ceux qui en abusent. Tout en facilitant aussi son étude, à des fins médicales par exemple. Sur une note plus légère, une étude a ainsi démontré que là où la weed est légalisée, la consommation de crèmes glacées et de cookies explose.

Pour aller plus loin :

Plus
Dernière mise à jour:
Dernière mise à jour:
Lire plus...
Marchés
BEL20