L’Espagne et l’Italie auraient atteint le pic de l’épidémie

EPA-EFE/Spanish Government

Le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez a annoncé que le pays a atteint le pic de la maladie. Il a ajouté que l’Espagne entamerait bientôt le processus d’affaiblissement des mesures de confinement. Selon l’Institute for Health Metrics and Evaluation (IHME), l’Italie aurait également atteint le pic de l’épidémie.

‘Nous avons atteint le pic et maintenant la désescalade commence’, a déclaré Pedro Sanchez devant un Parlement espagnol presque vide jeudi, la plupart des législateurs travaillant depuis chez eux.

‘La montée a été difficile, la descente le sera aussi’, a-t-il prévenu quant à un retour progressif à la normale. ‘Nous sommes confrontés à la plus grande menace pour la santé publique de la planète depuis la grippe de 1918. La dernière chose que nous devrions permettre est un pas en arrière car ce serait plus qu’un recul, mais un rebond’ pour le virus.

Sanchez a expliqué travailler sur ‘un plan’ pour ramener lentement et progressivement le pays à une certaine normalité, sans vraiment savoir de quoi il retournera. ‘Nous ne pouvons même pas savoir à quel genre de normalité nous allons revenir’, a-t-il prévenu.

Solidarité

Le chef du gouvernement espagnol avait déjà plaidé pour un Plan Marshall afin de reconstruire l’économie après la pandémie. Un appel qu’il a réitéré ce jeudi: ‘l’Europe ne peut pas se permettre de fermer les yeux, l’Union européenne est en danger s’il n’y a pas de solidarité contre le virus’. Il a ainsi exhorté les députés à s’unir et à plaider en faveur d’une réponse européenne unie à la crise.

L’Espagne est désormais le deuxième pays au monde le plus touché par la pandémie, avec 148.220 cas recensés selon les chiffres de l’Université Johns Hopkins. Concernant le nombre de décès dans le monde, elle est deuxième avec un total de 14.792 victimes à ce jour.

L’Italie a-t-elle aussi atteint le pic?

Selon les chiffres de l’Institute for Health Metrics and Evaluation, l’Italie aurait également atteint le pic de l’épidémie.

‘La première vague de la pandémie a atteint son point culminant en Italie, et le pic d’utilisation des ressources pour les lits en soins intensifs et les respirateurs a eu lieu le 28 mars. Le nombre de décès devrait atteindre un pic en Calabre le 7 avril et dans les Pouilles le 16 avril. Le 6 avril, 699 décès quotidiens étaient prévus, trois provinces seulement (Lombardie, Piémont et Émilie-Romagne) enregistrant plus de 50 décès par jour’, indique l’IHME.

Euro bonds

Le Premier ministre Giuseppe Conte n’a toutefois rien annoncé à ce sujet. Mais il s’est exprimé pour une toute autre raison: appeler une nouvelle fois l’Union européenne à assouplir ses règles budgétaires. Avertissant que si elle ne le faisait pas, cela pourrait signifier ‘la fin de l’Europe’.

‘Les nations européennes doivent agir sans ‘si’ ni ‘mais », a-t-il déclaré mercredi dans une interview au journal allemand Bild.

Les réponses nationales à ce qu’il appelle la plus grande ‘urgence’ depuis la Seconde Guerre mondiale risquent ‘d’être moins efficaces qu’une action européenne coordonnée et peuvent mettre en péril le rêve européen’, a-t-il prévenu.

‘Si l’Europe ne se donne pas des instruments financiers à la hauteur du défi, comme les euro bonds, l’Italie sera obligée de faire face à l’urgence et à la relance avec ses propres ressources’, a-t-il ajouté, en référence à une proposition de dette collective qui a provoqué une certaine fracture entre pays du sud et du nord. ‘Afin de ne pas perdre la compétitivité, nous avons besoin des euro bonds’, a répété Giuseppe Conte.

Lire aussi: