Les tests rapides arrivent, mais à quoi serviront-ils?

Isopix

Des tests rapides afin de détecter les infections au coronavirus devraient être disponibles dans un délai d’un à deux mois au maximum. Ils pourraient se montrer particulièrement utiles dans l’enseignement, peut-on lire dans De Standaard ce lundi.

La technologie derrière ces nouveaux tests est similaire à celle utilisée pour les tests de grossesse. Au bout de 15 minutes, les résultats sont connus. Aux États-Unis, le gouvernement a déjà approuvé plusieurs tests rapides de grandes entreprises au cours de l’été. Il s’agit notamment des tests mis au point par Abbott Laboratories et Becton Dickinson. Le test rapide du géant pharmaceutique Roche est lui prévu pour la fin du mois de septembre.

Le test des laboratoires Abbott a le format d’une carte de crédit et ne nécessite aucun autre équipement. Bien qu’il s’agisse d’un test nasal, il est moins invasif que les tests PCR existants. Après un quart d’heure, de petites lignes apparaissent sur la carte, indiquant si vous êtes infecté ou non. Selon Abbott, ses tests sont précis à 97 et 98%. Aux États-Unis, un tel test coûtera 5 dollars (4,2 euros).

Supercontaminateurs

Bien que les tests rapides soient moins sensibles que les tests actuels, ils peuvent tout de même avoir un rôle important à jouer, notamment dans l’enseignement. ‘Supposons qu’un élève soit infecté. Vous pourriez faire passer un test rapide à toute la classe’, explique le microbiologiste Herman Goossens dans De Standaard. ‘Les élèves qui sont porteurs d’une grande quantité de virus seraient identifiés par les tests rapides. Ces ‘gros poissons’, à forte charge virale, doivent être rapidement découverts, car ce sont des supercontaminateurs potentiels.’

Par ailleurs, les tests rapides peuvent également soulager les laboratoires d’analyse, surtout si la prochaine vague de coronavirus coïncide avec la saison de la grippe. Ils permettraient d’éviter que les labos ne soient inondés d’échantillons provenant de personnes souffrant de fièvre, maux de gorge, etc.

‘Avant même qu’ils n’arrivent sur le marché, nous devons dès à présent réfléchir à la manière dont nous utiliserons les tests rapides et comment ils seront remboursés’, conclut M. Goossens.

Lire aussi: