Les stocks de gaz allemands atteignent une étape importante deux semaines plus tôt que prévu

Les installations de stockage de gaz allemandes sont maintenant remplies à 75 %. C’est une bonne nouvelle pour la République fédérale : le pays ne pensait pas atteindre cette étape avant la fin du mois d’août.

« L’objectif de la première étape a été atteint », a déclaré sur Twitter Klaus Müller, président de la Bundesnetzagentur, le régulateur allemand autour de l’électricité, du gaz, des télécommunications, de la poste et des chemins de fer. « Le stockage de gaz est déjà à 75,43 % à 183 386 TWh et donc plus tôt que prévu. »

Selon M. Müller, le prochain objectif est de reconstituer le stock à 85 % d’ici le 1er octobre. Après cela, au 1er novembre, 95 % de la capacité maximale doit être atteinte.

Réduction de la consommation

Faire le plein de gaz sera crucial pour passer l’hiver. Les prix de l’énergie ont atteint des sommets sans précédent, obligeant l’Allemagne et d’autres pays européens à prendre des mesures d’économie d’énergie. Alors qu’un objectif de 15% de réduction de la consommation a été fixée par la Commission européenne, l’Allemagne doit aller plus loin, et devra réduire sa consommation de gaz de 20%, estime le régulateur dans le Financial Times

Rappelons que la Russie a réduit la quantité de gaz naturel passant par Nord Stream 1, à seulement 20 % de sa capacité normale. Le Kremlin affirme que cela est dû à un problème technique lié à une turbine, mais l’Allemagne prétend que ce n’est qu’un prétexte pour faire pression sur l’Europe. Le dictateur Poutine riposterait aux sanctions occidentales en utilisant la réduction des approvisionnements en gaz comme une arme.

L’approvisionnement en gaz reste limité

Par conséquent, même si l’Allemagne atteint son objectif de 95 %, les réserves de gaz pourraient atteindre un niveau critique dès le mois de mars ou avril. Sebastian Bleschke, directeur du centre de stockage de gaz allemand Ines, met l’Allemagne en garde : « Si la Russie arrête complètement les livraisons de gaz, ce sera encore plus tôt », prévient M. Bleschke, interrogé par Bloomberg.

Le stockage de gaz allemand pourrait également exacerber la crise dans d’autres pays européens. Bien que la République fédérale soit l’un des plus grands importateurs de gaz russe, elle en est aussi un grand exportateur. Or, face à la crise qui se profile, le vice-chancelier Robert Habeck a déclaré en juin que la seule façon pour l’Allemagne d’éviter une pénurie sur son propre sol était de cesser d’envoyer des réserves de gaz aux pays voisins.

Certains pays européens, comme le Danemark, qui est actuellement confronté à une réduction de sa production de gaz, sont fortement dépendants du gaz naturel importé d’Allemagne. Le pays importe pas moins de 75 % de son gaz de la République fédérale.

BL

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20