Les solutions mises en place pour éviter la pénurie de puces pourraient entrainer un excédent de semi-conducteurs

Selon certains analystes, la situation de pénurie de semi-conducteurs pourrait rapidement laisser place à une surabondance de puces, suite aux différentes politiques mises en place par les pays pour pallier justement au manque de composants.

Depuis plusieurs mois, plusieurs industries font face à une pénurie de semi-conducteurs, un composant essentiel à de nombreux produits électroniques, notamment aux smartphones, consoles de jeux, ordinateurs, mais aussi aux voitures électriques. Face à une pénurie toujours plus importante – due en grande partie à la crise sanitaire qui a stoppé momentanément la production de puces, mais aussi à la demande accrue de machines pour le télétravail et les cours à distance –, les grandes entreprises technologiques et autres constructeurs automobiles ont augmenté leurs commandes, afin de sécuriser leur approvisionnement et production futurs.

De leur côté, les fondeurs de puces ont investi massivement dans de nouvelles infrastructures pour répondre à la demande croissante et rattraper leur retard. Des investissements dont les bienfaits ne sont pas encore forcément visibles. Différents pays ont également débloqué des budgets pour investir dans ce secteur pour éviter de nouvelles pénuries, mais ces investissements massifs pourraient bien avoir un effet pervers et provoquer une surabondance de puces.

« Ces investissements majeurs pourraient conduire à une surcapacité et à une allocation inefficace des investissements », a déclaré Lillian Li, vice-présidente et responsable du crédit chez Moody’s, comme le rapporte Fortune. Une opinion partagée par d’autres analystes, notamment ceux du cabinet de conseil Bain & Company qui indiquaient déjà en juin dernier que le renforcement des capacités des fondeurs « nuirait à l’économie » des fournisseurs. Ces derniers pourraient en effet s’arranger pour produire moins que leurs capacités le leur permettent une fois que la demande aurait diminué.

L’analyste de l’industrie Daniel Nenni avait également indiqué à Fortune en avril dernier qu’une surabondance de puces ne serait pas à exclure une fois que les achats de panique actuels se seront calmés, à moins qu’« il n’y ait un gros boom de la demande de semi-conducteurs » – ce qui est peu probable.

La demande pour les ordinateurs portables, smartphones et autres voitures électriques devrait logiquement baisser dans les mois à venir. Les consommateurs ne devraient en effet pas renouveler leur appareil avant un moment. Les fondeurs qui auront abondamment produit se retrouveront alors avec un excédent de semi-conducteurs qu’ils ne parviendront pas à écouler, d’autant plus que de nouveaux formats de puces devraient voir le jour dans les années à venir.

Ces prédictions vont à contresens de la plupart des discours tenus par des analystes qui indiquent que la pénurie de puces à l’échelle mondiale pourrait durer plusieurs années.

La Chine, première victime possible de la surabondance de puces

En 2020, selon un rapport de Moody’s, l’Empire de Milieu a investi 35 milliards de dollars pour développer des semi-conducteurs sur son territoire, une hausse de 407% par rapport à 2019. La crise sanitaire n’est pas la principale raison de cet investissement manif. En procédant de la sorte, la Chine souhaite en réalité ne plus être dépendante des fournisseurs de puces étrangers, principalement américains. Or, selon Lillian Li, la stratégie poursuivie par Pékin pourrait conduire à une surcapacité de production et donc, à un excédent de puces.

L’offre serait tellement être supérieure à la demande que les entreprises pourraient se retrouver en faillite. C’est déjà le cas pour l’un des plus grands fabricants de semi-conducteurs de Chine, Tsinghua Unigroup. Influencé par la politique de Pékin, il a investi massivement pour augmenter ses capacités de production, mais le retour sur investissement est lent et l’entreprise se retrouve aujourd’hui à ne plus pouvoir payer ses dettes.

« Pour la Chine, le développement de semi-conducteurs nationaux présente des avantages et des inconvénients. Les avantages, comme éviter les insécurités géopolitiques, sont très évidents. Mais le risque de provoquer une surcapacité demeure », a souligné Lilliane Li.

À lire aussi:

Plus
Lire plus...
Marchés