Le chef d’Al-Qaïda tué par une attaque de drone : la fin de 20 ans de traque

Des nouvelles triomphantes en provenance des États-Unis lundi soir. La CIA, le service de renseignement à l’étranger, a réussi samedi à tuer Ayman al-Zawahiri par une attaque de drone. Il était devenu le chef du groupe terroriste Al-Qaïda en 2011 après la mort d’Oussama Ben Laden.

« Samedi, à ma demande, les États-Unis ont mené une attaque au missile à Kaboul, en Afghanistan, tuant l’émir d’Al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri. Il était le bras droit d’Oussama Ben Laden, le numéro deux du groupe terroriste au moment des attentats du 11 septembre. Il a participé à la planification de l’attaque et est donc coresponsable de l’attaque et du meurtre de 2 977 personnes sur le sol américain. »

Le président américain Joe Biden a annoncé la mort d’al-Zawahiri au peuple américain et au monde entier lors d’un discours prononcé depuis le balcon du salon bleu de la Maison Blanche. La Central Intelligence Agency (CIA) a réussi à trouver le terroriste dans une maison du centre de la capitale afghane, Kaboul, alors que l’homme de 71 ans rendait visite à sa famille. Au moyen de deux missiles Hellfire tirés depuis un drone (probablement un MQ-1 Predator), al-Zawahiri a été tué. Sa fille et ses petits-enfants seraient sains et saufs.

Préparation méticuleuse

Les semaines précédentes, le président américain Biden a tenu plusieurs réunions avec son cabinet et les hauts responsables de la CIA pour préparer l’attaque, ce qui était d’autant plus difficile qu’il n’y avait plus d’Américains à Kaboul après la prise du pouvoir par les talibans.

« L’Émirat islamique d’Afghanistan condamne l’attaque et la qualifie de violation claire des principes internationaux et de l’accord de Doha (l’accord de paix entre les États-Unis et les talibans, ndlr) », a partagé le porte-parole des talibans, Zabiullah Mujahid, sur Twitter.

Comme l’a dit Biden pendant son discours, al-Zawahiri était une pointure. Il a grandi dans une riche famille égyptienne et y a ouvert son propre cabinet de chirurgie dans les années 1970. À l’adolescence, il a formé avec quatre amis sa propre cellule terroriste, dans le but de renverser le régime de Gamal Abdel Nasser et de transformer l’Égypte en État islamique. Lorsque, à la fin des années 1980, Oussama Ben Laden a réuni une multitude de groupes terroristes indépendants pour former Al-Qaida, Al-Zawahiri est devenu son bras droit et son médecin.

Le cerveau d’Al-Qaïda

Al-Zawahiri est considéré comme le cerveau derrière certaines des plus grandes attaques du groupe terroriste. Sur le plan intérieur, il est à l’origine de l’assassinat du président Anouar el-Sadate en 1981 ; en 1995, il a planifié l’attaque de l’ambassade d’Égypte au Pakistan et, trois ans plus tard, il a organisé les attentats contre plusieurs ambassades américaines en Afrique de l’Est, faisant plus de 200 morts et 4 000 blessés.

Son opus magnum, cependant, a été le 11 septembre. L’attaque a été soigneusement préparée par le sommet d’Al-Qaida, avec Oussama Ben Laden et Al-Zawahiri comme principaux cerveaux. Au lendemain des attentats, dans lesquels près de 3 000 personnes ont perdu la vie, al-Zawahiri est devenu un gibier traqué. Les États-Unis ont mené plusieurs attaques contre le numéro 2 du groupe terroriste numéro, mais sans succès. Lors d’une attaque dans la ville afghane de Gardez, sa femme et deux de ses enfants ont été tués.

Maintenant qu’al-Zawahiri a également été écarté, onze ans après son ancien chef Ben Laden, le sommet de l’organisation terroriste devrait être complètement réorganisé. L’actuel numéro 2, Saif al Adel, qui a aussi participé aux attaques contre les ambassades américaines, est susceptible de devenir son successeur.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20