Les mercenaires russes du groupe Wagner se sont emparés d’une armée africaine et des ressources du pays

Le Kremlin semble avoir recours de plus en plus souvent aux mercenaires du groupe Wagner. Ceux-ci auraient tellement tissé leur toile en Centrafrique que l’armée du pays leur obéit. Ils contrôleraient ainsi les ressources naturelles pour le compte de Moscou, selon un rapport européen. Et l’UE craint de voir ce scénario se reproduire ailleurs.

Depuis la révélation que la junte militaire malienne négociait son intervention dans le pays, en septembre dernier, le groupe Wagner (WG) fait fort parler de lui. Cette société paramilitaire privée, soit une troupe de mercenaires modernes, a la particularité d’être considérée comme très proche du gouvernement de la Fédération de Russie.

Des mercenaires tout sauf discrets

Or cette armée privée est déjà fort active dans d’autres pays d’Afrique et, selon un report de l’Union européenne qui a été révélé ce mardi, elle n’est pas loin de contrôler en sous-main la situation militaire en République centrafricaine, où elle semble très rapidement devenue incontournable. A tel point que des membres du groupe Wagner commandent des unités locales qui ont été précédemment formées et entrainées par l’Union européenne. « Aujourd’hui, la plupart des unités des FACA (NDLR : Forces armées centrafricaines) déployées opèrent sous le commandement ou la supervision directe des mercenaires de WG. WG a également établi une solide influence sur l’état-major des FACA et d’autres institutions gouvernementales » indique un rapport du service extérieur de l’UE, daté du 15 novembre et consulté par EUobserver.

Certains bataillons centrafricains semblent directement commandés par des mercenaires russes, tandis que d’autres ne sembles dirigés que de loin en loin et par téléphone par leur état-majors, lui-même noyauté de soldats à louer du groupe Wagner. Et malgré la présence dans le pays d’environ 500 conseillers militaires et civils venus de l’UE et d’une force de maintien de la paix majoritairement africaine de 14.500 soldats, les mercenaires ne sont guère discrets : ils assurent, depuis 2018, la garde rapprochée du président centrafricain.

Crimes de guerre et ressources naturelles

Le groupe Wagner semble très impliqué dans la lutte contre les rebelles de la Coalition des patriotes pour le changement, qui tient des zones-refuges dans la campagne centrafricaine. Les Nations unie se sont d’ailleurs déjà alarmées des accusations de violation des droits de l’Homme qui pèsent sur les mercenaires mais, selon ce nouveau rapport, les agents russes visent aussi les ressources du pays: « Le modèle actuel de déploiement des forces de WG(…) couvre toutes les parties vitales de l’ouest et du centre de la RCA, avec une priorité aux zones minières économiquement importantes afin de garantir les investissements du WG par le biais de la Lobaye Investment Company. Des éléments du WG ont également commencé à s’attaquer aux vastes réserves naturelles/zones de protection de l’environnement dans l’est de la RCA, comme Chinko … à des fins encore inconnues. »

De là à estimer qu’en l’échange de ses mercenaires et d’un soutien militaire direct – la Russie a envoyé 2 600 militaires officiels ainsi que des armes en Centrafrique – le Kremlin s’assure la mainmise sur les ressources du pays (or, uranium, diamants, etc.), il n’y a qu’un pas. Qu’à l’UE, et en particulier en France, on craint de voir aussi franchi au Mali. « Il y a une volonté commune de décider d’un cadre juridique pour des sanctions (…) sur le groupe Wagner », a déclaré le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian à Bruxelles la semaine dernière, après que le groupe Wagner ait mené des discussions avec la junte malienne pour remplacer les soldats français qui combattent les djihadistes dans ce pays.

Le gouvernement belge a récemment décidé d’envoyer 250 soldats supplémentaires au Mali, dans un effort coordonné au niveau européen. But de l’opération: montrer que l’UE peut se débrouiller sans les Américains après la débacle en Afghanistan.

Le Groupe Wagner a également opéré en Libye, au Mozambique, au Soudan, en Syrie, dans l’est de l’Ukraine et au Venezuela. Il compterait quelque 5 000 combattants au total, d’anciens soldats russes pour la plupart, mais aussi des Moldaves, des Serbes, des Biélorusses, des Ukrainiens russophones, et des mercenaires de Centrafrique, du Mali et du Soudan.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20