« Les femmes se sentent souvent incomprises par leur banque »

Dans de nombreux cas, les services des banques et des conseillers financiers ne sont pas adaptés aux besoins spécifiques des femmes. C’est la conclusion d’une étude néerlandaise réalisée par ABN Amro et le consultant McKinsey.

L’étude s’est concentrée sur différentes catégories : les femmes à court d’argent, les femmes ayant des revenus élevés ou un patrimoine familial important, ainsi que les femmes entrepreneuses ou qui font preuve de grandes ambitions professionnelles. Dans chaque cas, l’enquête a révélé que les services et produits financiers sont trop souvent plus adaptés aux hommes.

Conseils personnels

« Nous constatons que les femmes de tout horizon, quel que soit leur niveau de revenu, sont confrontées à des obstacles similaires. Le manque de conseils personnalisés est vécu comme une lacune par plusieurs groupes de femmes », a déclaré Chantal Korteweg, directrice de l’Inclusive Banking chez ABN Amro. « Nos recherches montrent que de nombreuses femmes ne se sentent pas suffisamment comprises par leur banque ou leur conseiller financier. Il est donc important que nos services soient mieux adaptés aux besoins des femmes aux différentes étapes de leur vie. »

Quelques exemples :

  • Les femmes ayant des préoccupations financières sont plus susceptibles que les hommes de travailler à temps partiel et d’assumer des tâches familiales. Elles peuvent donc offrir moins de garanties que les hommes. Seulement 27 % des femmes interrogées dans cette catégorie attendent de leur banque qu’elle les aide à mettre de l’ordre dans leurs finances.
  • Les femmes fortunées recherchent surtout des produits financiers qui protègent le patrimoine futur de leur famille et accordent également plus d’importance à la constitution d’une pension. Elles ont également besoin d’un horizon d’investissement plus long et d’investissements ayant un impact social positif, ce qu’elles demandent plus souvent que les hommes.
  • Les entretiens avec les femmes entrepreneuses montrent que nombre d’entre elles ont plus de mal que les hommes à trouver des capitaux et se sentent incomprises par leur banque ou leur banquier.

Première présidente pour une grand banque belge

Le rapport a été présenté mercredi à la reine des Pays-Bas, Máxima, qui travaille sur la « finance inclusive » pour les Nations unies. Il fait suite à une recherche internationale antérieure menée par le groupe de consultants Oliver Wyman, qui a désigné les femmes comme « le plus grand groupe de clients mal desservis dans les services financiers ».

En Belgique, De Standaard a annoncé que Hilde Laga sera la nouvelle présidente d’ING Belgique. La célèbre avocate d’affaires deviendrait ainsi la toute première femme à présider une grande banque belge.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20