Les énigmes de sphinx lors du recrutement chez Google, c’est fini

 [PICTURE|sitecpic|lowres]

Plus de questions saugrenues lors du processus élitiste et sophistiqué de sélection des candidats de la firme de Mountain View, l’employeur le plus attractif en 2012, rapporte Slate.fr. En plus de prouver que l’on était surdiplômé, que l’on avait été le meilleur à l’école, bulletins de notes à l’appui, il était en effet nécessaire de répondre à une série de questions farfelues. Le site Impact Interview a ainsi répertorié 140 questions des entretiens de recrutement posées par les DRH de Google. Parmi celles-ci, voici les problèmes les plus originaux présentés aux candidats :

– Dessinez un plan d’évacuation pour San Francisco- Combien y a-t-il d’accordeurs de piano dans le monde ?- Combien souhaiteriez-vous être payé pour laver toutes les fenêtres de Seattle ?- Un homme a poussé sa voiture dans un hôtel et a perdu toute sa fortune. Que s’est-il passé ?- Complétez la séquence 10, 9, 60, 90, 70, 66- Comment stockeriez-vous un million de numéros de téléphone ?- Quand le vent souffle, un aller-retour en avion prendra plus de temps, un temps égal ou moins de temps ?

Business Insider a fourni certaines des réponses à ces questions comme, par exemple, celle concernant le lavage de toutes les vitres de Seattle ou la quantité d’accordeurs de piano dans le monde. En 2011, le site Glassdoor.com avait décerné à Google la première place de la question d’embauche la plus excentrique pour la question : « Combien de personnes utilisent Facebook à San Francisco à 14h30 un vendredi ? ».

Toutefois, ce processus est terminé, rapporte un article du New York Times dans lequel le vice-président chargé du personnel de Google, Adam Bryant, souligne : « On s’est rendu compte que ces casse-têtes étaient une totale perte de temps. Ils ne prédisent rien du tout. Ils servent principalement à ce que le recruteur se sente intelligent ».