Les coûts du vieillissement vont exploser dans les années à venir : la Vivaldi doit prendre des décisions cruciales sur le financement des retraites

Les nouveaux calculs de la commission sur le vieillissement de la population obligent les décideurs politiques à se rendre à l’évidence : dans les décennies à venir, Le pays devra faire face à un vieillissement rapide de sa population, ce qui fera exploser le coût de la sécurité sociale. Selon les calculs, en 2050, 30,1 % de l’ensemble du PIB sera consacré aux dépenses sociales. En 2020, ce chiffre était déjà exceptionnellement élevé, pour cause de corona, mais toujours à 24,6 %. Concrètement, nous parlons de 25 milliards d’euros supplémentaires. Le gouvernement Vivaldi est en partie responsable : les plans visant à augmenter fortement les pensions, et à les étendre aux indépendants, vont coûter très cher. Et la question de savoir qui va payer pour tout cela est loin d’être réglée.

Dans l’actualité : Une vérité qui dérange sur la démographie en Belgique.

Les détails : une population plus âgée, plus un ajustement généreux des pensions, s’avère être une bombe à retardement.

  • Le tube a maintenant plus de 70 ans, et personne ne se souvient du groupe, mais bien de la chanson : « Qui va payer pour ça ? ».
  • Le vieillissement de la population, en particulier, soulève des questions fondamentales quant à la viabilité financière du secteur public belge. Le dernier rapport de la commission sur le vieillissement, qui a également fait la une de De Standaard, de De Tijd et de l’Echo ce matin, n’apporte pas de révélations extraordinaires. Au contraire, tous ceux qui suivent les finances publiques belges le savaient déjà, mais sont maintenant obligés de se rendre à l’évidence : les prochaines décennies seront un énorme défi financier. D’autant plus que le taux d’endettement belge est déjà très élevé, et n’a fait qu’augmenter à nouveau en raison de la crise.
  • En outre, il est clair que l’accord de coalition conclu par Vivaldi en septembre 2020 aura un impact majeur sur ces futures finances publiques. Lors de la formation du gouvernement – même avec le négociateur N-VA, qui a ensuite été mis sur la touche – un consensus s’est dégagé pour augmenter substantiellement les pensions.
  • Le gouvernement vise désormais une pension minimale de 1 500 euros pour tous. La question entre libéraux et socialistes reste de savoir si ce montant est « net » ou « brut », mais le fait est que dans les deux scénarios, le financement du système de retraite coûtera des milliards en plus.
  • La raison pour laquelle même les partis de « droite » ont accepté n’est pas difficile à trouver : les indépendants sont peut-être ceux qui profiteront le plus de la réforme. Jusqu’à présent, leurs droits à la retraite étaient particulièrement maigres. L’idée a toujours été qu’ils pouvaient assurer leurs retraites en créant leur propre entreprise : la vente de cette entreprise ou du fonds de commerce constituerait alors un fonds de secours. Mais on s’éloigne désormais de cette idée en prévoyant un minimum de 1.500 euros pour eux aussi. Et les indépendants constituent un public de votants plus susceptibles d’être considérés comme des électeurs libéraux ou N-VA.

En résumé: la commission nous fait un douloureux rappel.

  • Plusieurs facteurs entrent en jeu : tout d’abord, le gouvernement fédéral, qui supporte les coûts de la sécurité sociale, est de plus en plus déchargé de ses responsabilités. Alors que les gouvernements régionaux dépensent de plus en plus, le niveau fédéral fait de plus en plus d’économies depuis des années.
  • Mais la question fondamentale est de savoir si tout cela est encore durable. L’année dernière, la sécurité sociale a englouti la moitié des recettes publiques par le biais des impôts : 116 milliards d’euros ont servi à financer les prestations, les soins de santé et les pensions. Restera-t-il à terme des recettes publiques pour financer l’entièreté du système ?
  • Car, comme nous l’avons déjà dit, il faudra ajouter 25 milliards d’euros pour payer l’afflux de pensionnés supplémentaires. Cela mettra certainement toutes les autres dépenses fédérales sur la défensive.
  • La solution est aussi simple qu’elle est politiquement ardue : les gens doivent rester plus longtemps au travail et davantage de personnes doivent travailler afin de pouvoir payer les pensions des autres. Ce n’est pas un hasard si, dans sa déclaration d’intentions, le gouvernement Vivaldi se targue de viser un taux d’emploi de 80 % : cela signifierait que quatre personnes sur cinq qui peuvent travailler le feront.
  • Sans un taux d’emploi aussi élevé, ce qui est réaliste dans les pays scandinaves ou aux Pays-Bas par exemple, la facture des retraites resterait presque inabordable. Mais dans la pratique, peu ou pas d’efforts sont faits par la Vivaldi pour pousser le taux d’emploi vers les 80 %. Les différences régionales restent particulièrement importantes :
    • En Flandre, le taux d’emploi est passé de 67,3 % en 1999 à 75,5 % en 2019. En 2020, on constate une légère baisse par rapport à 2019.
    • En Région wallonne, il est de 64,6 % en 2019, soit plus de 10 % de moins qu’en Flandre.
    • Dans la Région de Bruxelles-Capitale, la situation est encore plus dramatique : l’année dernière, le taux d’emploi était de 61,3 %.
    • Cela signifie que pour l’ensemble de la Belgique, nous parlons exactement de 70,0 %, soit 10 % de moins que l’objectif.

Et ce n’est pas tout : les négociations concrètes sur les pensions doivent maintenant commencer.

  • La ministre des Pensions Karine Lalieux (PS) travaille d’arrache-pied depuis des mois sur des projets ; en mars, on murmurait déjà dans les couloirs qu’elle et son équipe d’experts étaient réellement prêts. Mais il semblait trop tôt pour que la coalition Vivaldi les lance. Ce n’est pas illogique : un débat difficile est sur le point de s’ouvrir.
  • Le système de pension actuel en Belgique se compose de quatre piliers :
    • Le gouvernement, premier pilier, qui paie à partir de ce que l’on appelle les « ressources générales » par le biais de la sécurité sociale. C’est dans ce domaine que la Vivaldi souhaite se développer considérablement.
    • Les fonds sectoriels et les plans de pension d’entreprise comme deuxième pilier. Il s’agit également d’un énorme réservoir, dont peuvent bénéficier plus de 4 millions de personnes en Belgique. Il s’agit d’un système fiscalement « sympathique », tant pour les employés que pour les employeurs.
    • L’épargne-pension comme troisième pilier : très populaire auprès de la population, qui peut investir de manière « sûre » et bénéficier à nouveau d’avantages fiscaux.
    • Posséder son propre logement ou sa propre entreprise comme quatrième pilier : la fameuse brique dans le ventre des Belges, qui se constituent une épargne grâce à l’achat et au remboursement (fiscalement avantageux) de son logement.
  • En général, toute discussion sur le refinancement du premier pilier revient à toucher aux nombreux avantages fiscaux des autres piliers. Mais c’est là que de sérieuses discussions se profilent : qui est prêt à voir soudainement s’évaporer une partie de sa pension ultérieure parce qu’il doit soudainement payer plus d’impôts ?
  • En outre, comme c’est toujours le cas en Belgique, il y a aussi une mouche communautaire dans la pièce : comme la Flandre compte plus de travailleurs et a aussi beaucoup plus de plans de pension complémentaire, la facture risque de tomber beaucoup plus au nord de la frontière linguistique. Même si la population y est plus vieillissante.

Pour aller plus loin:

Plus
My following

Analyse boursière: les ambitions de Greenyard offrent des possibilités de révisions à la hausse

07/12/2021 09:04

(ABM FN) Les nouveaux objectifs de Greenyard permettent d'ajuster à la hausse les évaluations pour l'entreprise de fruits et légumes. C'est ce qu'a rapporté mardi l'analyste Fernand de Boer de Degroof Petercam.

Greenyard a l'ambition d'augmenter son chiffre d'affaires d'environ 650 millions d'euros pour atteindre 5 milliards d'euros au cours de l'exercice 2024/2025. Cela implique un taux de croissance annuel composé de 5 pour cent.

Lire plus...
Marchés
Lire plus...
Marchés
My following
Marchés
BEL20