Les concurrents chinois de Tesla sont écrasés par la querelle Pékin-Washington

Li Auto, un fabricant chinois de voitures électriques, cherche à obtenir 1,9 milliard de dollars pour une introduction en bourse à Hong Kong. D’autres marques automobiles chinoises, telles que Xpeng et Nio, poursuivent la même stratégie. Cela semble être la solution la plus sûre pour les constructeurs automobiles pour l’instant, afin d’éviter de devenir la cible de Pékin et de Washington.

Pourquoi est-ce important ?

Il y a à peine un an, Li Auto est entré en bourse à New York. À l'époque, le constructeur automobile chinois avait levé 1,1 milliard de dollars. À l'instar d'autres constructeurs chinois de voitures électriques, tels que Xpeng et Nio, Li Auto va également faire son entrée en bourse à Hong Kong. L'entreprise considère que c'est la meilleure stratégie pour rester à l'écart de Pékin et de Washington.

Li Auto n’est pas n’importe qui en Chine. L’entreprise, dont le siège est à Pékin, a déjà vendu 72.000 unités de son Li One, un SUV hybride fonctionnant avec une combinaison de gaz naturel et d’électricité, depuis fin 2019. Il s’agirait d’une option intéressante pour les automobilistes préoccupés par la pénurie locale de bornes de recharge électrique.

La société était également extrêmement populaire sur le marché boursier américain. Après l’introduction de Li Auto au sein du Nasdaq l’année dernière, la valeur de son action a quadruplé, passant de 11,5 à 47,7 dollars en quatre mois. Depuis lors, son cours est devenu extrêmement volatile. Lundi, Li Auto a clôturé à environ 33,68 dollars.

Afin d’éviter de nouvelles fluctuations de prix, le constructeur automobile est désormais contraint d’organiser une introduction en bourse à Hong Kong. Xpeng, un autre fabricant chinois de voitures électriques, est déjà passé au Hang Seng le mois dernier. Pour cela, il a levé 1,8 milliard de dollars. Selon le journal économique japonais Nikkei Asia, Nio, la première start-up chinoise spécialisée dans les voitures électriques à profiter d’une cotation américaine, travaille elle aussi à une introduction en bourse à Hong Kong.

Pris au piège comme des rats

Li Auto, comme Xpeng et Nio, opte principalement pour une « double cotation » à Hong Kong et à New York afin d’éviter de se heurter à son propre gouvernement et à Washington.

Depuis que l’introduction en bourse de la société de livraison de nourriture Didi à la Bourse de New York s’est terminée de manière désastreuse suite à une réglementation soudaine du gouvernement chinois, Pékin augmente la pression sur les entreprises cotées sur les bourses étrangères. De plus en plus de firmes du secteur de la technologie et de l’éducation ont été visées par un cycle impitoyable de réglementation qui a provoqué un effondrement temporaire du Hang Seng et de la bourse de Shanghai.

Washington et Pékin observent désormais avec suspicion les entreprises chinoises opérant à la Bourse de New York. Ce qui embête sérieusement les challengers chinois de Tesla. Certaines voix au sein du Congrès américain veulent même retirer les entreprises chinoises du Nasdaq. Dans le même temps, la Commission américaine des opérations en bourse (SEC) a annoncé de nouvelles règles pour les entreprises chinoises qui souhaitent s’introduire en bourse aux États-Unis.

Selon une loi adoptée en 2020, les entreprises chinoises pourront être éjectées de la bourse américaine en 2023 si les autorités ne sont pas autorisées à voir leurs comptes internes. Pékin avait précédemment rendu illégale l’autorisation d’une telle enquête pour des raisons de sécurité nationale, rapporte Nikkei Asia.

La seule façon de s’assurer que les entreprises ne seront pas punies par Pékin à court terme et qu’elles auront une chance de survivre à une gifle de Washington à long terme est donc de passer par la bourse de Hong Kong.

Les Américains veulent se débarrasser plus rapidement des entreprises chinoises

« Les investisseurs américains ont perdu des milliards de dollars avec les pertes de Didi. Toute fraction de bonne volonté entre la CSRC (l’organisme de surveillance du marché boursier chinois) et la SEC a disparu comme neige au soleil (…) et les chances de parvenir à un accord sur la surveillance sont presque nulles », a écrit Thomas Gatley, analyste chez Gavekal Dragonomoics, dans une note mardi.

« En fait, le Congrès américain semble vouloir retirer les entreprises chinoises du marché boursier plus rapidement que prévu », conclut-il.

Li Auto souhaite proposer 100 millions d’actions sur le Hang Seng dès que possible avec un prix maximum de 150 dollars de Hong Kong, soit 16,25 euros. 90% de cette trésorerie sera réservée aux investisseurs institutionnels.

Si tout se passe comme prévu, les premières actions seront négociées le 12 août. Mais si nous avons appris quelque chose de la bourse de Hong Kong ces dernières semaines… c’est que presque rien ne se passe comme prévu.

Pour aller plus loin:

Plus
Lire plus...
Marchés