Pékin se tire une balle dans le pied: les valeurs technologiques en chute libre à la bourse de Hong Kong

L’indice Hang Seng Tech a été durement touché par les mesures de répression prises par Pékin à l’encontre de ses propres géants de la technologie. Depuis février, l’indice a perdu pas moins de 551 milliards de dollars en valeur.

Pourquoi est-ce important ?

Pékin réduit le pouvoir de ses propres entreprises technologiques et les oblige à se soumettre entièrement au contrôle du gouvernement chinois. Cela s'est produit récemment avec Ant Financial, propriété de Jack Ma, cofondateur d'Alibaba, mais aussi en bloquant l'introduction en bourse à l'étranger de l'Uber local, Didi Chuxing. L'indice Hang Seng Tech est le plus grand perdant de cette politique: il s'est effondré cet été.

Au cours des 12 derniers mois, l’indice Hang Seng Tech a été pris dans un tourbillon de montagnes russes qui semble inarrêtable. L’indice tech suit le cours des actions des 30 plus grandes entreprises technologiques cotées à la bourse de Hong Kong.

Il s’agit notamment d’acteurs majeurs tels que Tencent, le plus grand développeur de jeux vidéo au monde, la société de livraison de nourriture Meituan, mais aussi Alibaba et Xiaomi. Notez que l’indice est principalement composé d’entreprises technologiques chinoises.

Après un pic absolu en février, lorsque l’indice a grimpé de 59%, plus de 551 milliards de dollars de valeur se sont évaporés depuis. Le vendredi 23 juillet, l’indice a clôturé avec une perte de 221,99 points, soit une baisse de 2,96 % de la valeur totale des valeurs technologiques du Hang Seng.

Pékin se tire une balle dans le pied

La valeur de l’indice s’est établie à environ 7.200 points au total vendredi. Presque exactement la même chose qu’il y a un an. La quasi-totalité de la croissance, qui avait été principalement enregistrée au premier trimestre de l’année, est désormais partie en fumée.

Il n’est pas nécessaire de chercher bien loin pour trouver la cause de la mauvaise performance de l’indice technologique chinois. Investir sur le marché boursier de Hong Kong, et dans les entreprises chinoises en général, reste particulièrement risqué en raison du risque de réglementation lourde et d’intervention arbitraire du gouvernement chinois.

Lorsque Pékin s’est attaqué à la forte position sur le marché de Ant Financial (de Jack Ma) et a ruiné l’introduction en bourse de Didi aux États-Unis, les investisseurs étrangers se sont retirés en masse des valeurs technologiques chinoises.

Les fonds communs de placement, en revanche, ont le vent en poupe

Actuellement, l’indice Hang Seng Tech est à son point le plus bas jamais atteint par rapport au NASDAQ-100, un indice regroupant les 100 sociétés les plus négociées à la Bourse de New York.

Pourtant, certains investisseurs continuent de faire des placements haussiers sur le marché des valeurs technologiques de Hong Kong. Les fonds négociés en bourse (ETF) sur le Hang Seng, ou fonds communs de placement à gestion passive, ont vu leurs actifs doubler l’année dernière pour atteindre un volume de 3,8 milliards de dollars. Et ces investissements ont augmenté à un rythme rapide depuis le mois de mai.

« Certains investisseurs à long terme ont commencé à investir dans des ETF qui suivent l’indice Hang Seng Tech. Il semble que plus l’indice baisse, plus l’argent est injecté dans les ETF », a déclaré Alvin Ngan, analyste chez Zhongtai Financial à l’agence de presse Bloomberg.

Sur le même sujet:

Plus
Lire plus...
Marchés