Les ‘chèques corona’, pour bientôt ou pour jamais?

Afin de relancer les secteurs fortement touchés par la crise sanitaire, le Gouvernement fédéral avait annoncé, au mois de juin, l’introduction d’un chèque consommation. Un avantage social et fiscal de maximum 300 euros à dépenser dans l’horeca ou dans les loisirs. Mais qu’en est-il aujourd’hui? 

Compte tenu de l’impact du confinement sur les secteurs de l’horeca, de la culture et du sport, le gouvernement avait décidé de soutenir ces secteurs en introduisant ce fameux chèque consommation, également appelé ‘chèque corona’.

De quoi s’agit-il exactement? Tout comme les titres-repas et les éco-chèques, cet avantage n’est pas soumis aux cotisations de sécurité sociale et au précompte professionnel (si une série de conditions est remplie). Le chèque consommation est également déductible à 100% pour l’employeur et exonéré d’impôts. Les employés peuvent alors dépenser ces chèques au restaurant ou lors d’une sortie.

Et aujourd’hui? Si l’on a beaucoup entendu parler de ces ‘chèques corona’, très peu de travailleurs affirment aujourd’hui les avoir reçus, d’autres n’en ont même pas entendu parler. S’agirait-il alors d’un leurre ou d’une façon de stimuler le pouvoir d’achat des consommateurs belges?

Selon la RTBF, qui a contacté les émetteurs de chèques, des milliers de chèques corona seraient sur le point d’être distribués. Seul bémol, avant de pouvoir offrir ces chèques aux employés, les entreprises doivent d’abord passer plusieurs conventions collectives, ce qui explique les délais d’attente.

Info ou intox?

Les experts quant à eux portent un avis plus nuancé sur le sujet. Selon eux, la majorité des entreprises attendrait de voir passer la tempête avant d’octroyer cet ‘extra’ à ses employés. Deuxièmement, les spécialistes estiment que les démarches administratives ne peuvent justifier un tel décalage dans la distribution des chèques. 

Les employés verront-ils un jour la couleur de ces ‘chèques corona’? ou s’agissait-il d’une fausse promesse faite par le Gouvernement ? Verdict en fin d’année, date butoir imposée aux entreprises.