Les 4 conditions qu’une bonne excuse doit satisfaire

Une jeune journaliste argentine a récemment demandé par mail à l’un de mes collègues si elle pouvait avoir un entretien avec lui, raconte Lucy Kellaway dans le Financial Times. « Pas de problème », lui a-t-il répondu, « appelez-moi à 3 heures». Et la jeune femme n’a jamais rappelé son collègue à l’heure convenue.

Le manque de politesse et l’absence de fiabilité ne sont plus tellement surprenants dans le monde des affaires d’aujourd’hui, constate la journaliste, qui a même qualifié ce phénomène « WET » (Weak excuse Tendancy, c’est-à-dire, tendance à s’excuser de façon peu convaincante). Les personnes souffrant de ce syndrome ne sont pas des tire-au-flanc, ou des menteurs, ils ont juste une mauvaise notion de ce qu’on attend d’eux en matière de fiabilité. Ce phénomène atteint des personnes de tous âges, mais plus spécifiquement les jeunes.

La journaliste dresse une liste des excuses qui aractérisent ces personnes :

– « La nourrice de mon fils s’est cassé un bras ». Mais quand on est parent et que l’on travaille, ne devrait-on pas avoir une solution de secours préparée à l’avance, pour ce type de situation ?

– « Le taxi n’acceptait pas les cartes de crédit, aussi j’ai dû aller à la banque »

– « J’ai mal dormi » (pourriez-vous m’offrir un café ?)

– « j’ai un rhume», ou «j’ai dû me faire faire une prise de sang »

Pour qu’une excuse ne relève pas du WET, elle doit satisfaire à quatre conditions :

1/ Elle doit se rapporter à un évènement réel et sérieux ;

2/ Elle doit être imprévisible (et donc, ici, exit l’excuse des problèmes de garde d’enfants)

3/ Elle doit être incompatible avec le travail (pour celle-ci, c’est le rhume qui ne passe pas)

4/ Elle doit être crédible (et ceci élimine l’intoxication alimentaire, bien trop fréquemment invoquée)

Finalement, la jeune femme argentine avait envoyé un message au collègue de Kellaway, pour s’excuser, et lui expliquer que l’après-midi où elle devait le recontacter, elle avait accouché, en avance sur la date prévue. Voici une excuse qui ne relève définitivement pas du WET, conclut la journaliste. Et de plus, avoir un bébé est une excuse qui présente une qualité supplémentaire par rapport aux autres excuses décentes : c’est un miracle…

 

Plus
Lire plus...
Marchés