L’économie mondiale pourrait perdre plus de 10 fois le PIB de la Belgique

La crise du coronavirus pourrait faire perdre plus de 5.000 milliards de dollars de croissance à l’économie mondiale. Un retour à la normale ne pourrait pas intervenir avant 2022.

Avec la crise du coronavirus, de nombreuses entreprises, des magasins et l’Horeca ont dû fermer leurs portes. Les voyages sont limités au strict minimum. Et cela partout dans le monde. L’économie mondiale connait sa plus grande récession en temps de paix depuis 1929.

Même si cette crise ne dure que quelques mois, il faudra du temps pour que la production mondiale remonte au niveau du début d’année, avant la pandémie. Selon les banques de Wall Street (JP Morgna, Citygroup, Morgan Stanley…), même avec les meilleures politiques de relance économique, il faudrait attendre 2022 avant que l’économie ne retrouve son niveau précédent, rapporte Bloomberg.

D’ici la fin de 2021, les pertes estimées de production s’élèveront à plus de 5.000 milliards de dollars au niveau mondial. C’est plus que ce que produit habituellement le Japon en une année. Cela représente une baisse de 8% du PIB mondial.

L’Europe et les Etats-Unis

Selon la Banque Nationale, la Belgique se trouverait dans cette moyenne. Cependant, cela dépendra évidemment de la durée du confinement. Chaque mois de confinement fait perdre 2 à 3% de PIB à la zone euro, selon la présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde.

Les Etats-Unis seront le pays le plus touché par la récession. Wall Street l’a estimé à une perte de 11,3% du PIB. Le pays de Donald Trump fait face à une montée du chômage sans précédent, ce qui va plomber la consommation au niveau mondial.

Selon la Banque des règlements internationaux, seuls des efforts coordonnés au niveau mondial permettront d’éviter d’aggraver la situation avec une seconde vague d’épidémie.

Plus
My following

Un agenda peu chargé pour la semaine boursière à venir

05/12/2021 15:18

(ABM FN) La semaine prochaine, l'agenda des investisseurs sera peu rempli, bien que cela ne signifie pas nécessairement que les investisseurs auront une semaine tranquille, avec toute l'incertitude entourant le coronavirus et la future politique monétaire des banques centrales.  

La nouvelle variante omicron du virus est en augmentation, tandis que de nombreux pays sont à nouveau confrontés à des courbes d'infection et d'hospitalisations élevées dans cette pandémie.

Lire plus...
Marchés
Lire plus...
Marchés
My following
Marchés
BEL20