Le rachat controversé à 1 milliard: Philip Morris se lance dans la lutte… contre l’asthme

La société britannique Vectura, spécialisée dans les inhalateurs médicaux, a accepté l’offre de rachat à 1,1 milliard de livres du géant américain du tabac Philip Morris, malgré les interrogations au sein du monde de la santé.

Vectura a annoncé, dans un communiqué jeudi en fin de journée, que son conseil d’administration recommandait à l’unanimité aux actionnaires de répondre favorablement à la proposition de Philip Morris.

Le groupe américain offre 165 pence pour chaque action de Vectura, valorisant cette dernière 1,1 milliard de livres. Il avait relevé son prix après avoir proposé 150 pence début juillet.

Philip Morris remporte la mise face au fonds d’investissement américain Carlyle, dont l’offre était moins élevée, à 155 pence.

Vectura indique avoir donné ses faveurs à l’américain en raison du prix supérieur proposé.

La société britannique estime en outre pouvoir bénéficier des ressources financières importantes de Philip Morris afin d’augmenter ses investissements en recherche et développement.

Elle n’a en revanche pas répondu aux inquiétudes d’associations et professionnels de santé au Royaume-Uni, alors même que ses inhalateurs sont notamment destinés à soigner les maladies liées au tabagisme.

« inacceptable »

Jeudi, avant l’annonce de Vectura, les dirigeants de l’association Asthma UK, de lutte contre l’asthme, et de British Lung Foundation contre les maladies du poumon, avaient estimé que l’offre de Philip Morris était « inacceptable ».

Selon Sarah Woolnough, présidente d’Asthma UK, le rachat verrait « une entreprise qui a profité des ravages du tabac pour gagner encore plus d’argent en fournissant des traitements contre les maladies qu’elle a causées ».

L’opération a été condamnée en outre par des associations de santé américaines comme American Lung Association et American Thoracic Society.

Ces associations demandent au gouvernement d’interdire la transaction, rejoignant une demande similaire du parti travailliste d’opposition au Royaume-Uni.

Changement de stratégie

Philip Morris entend mettre la main sur le britannique afin de poursuivre son développement hors du tabac, en nette perte de vitesse, pour mettre l’accent sur la santé et le bien-être.

Vectura développe en outre, avec la biotech britannique Inspira, un traitement par inhalation contre le Covid-19.

Philip Morris veut générer au moins un milliard de dollars de chiffre d’affaires d’ici 2025 dans les produits sans nicotine, et « a identifié les inhalateurs de médicaments comme une priorité ».

Les dirigeants de Philip Morris ont répété que les ventes de tabac pourraient s’arrêter d’ici « 10 à 15 ans » dans certains pays comme au Japon ou le Royaume-Uni.

Le groupe ne prévoit pas la disparition du tabac mais plaide pour l’essor d’alternatives potentiellement moins dangereuses pour la santé comme le tabac à chauffer, qui à la différence d’une cigarette traditionnelle, se consomme sans combustion et sans papier.

Pour aller plus loin:

Plus
Lire plus...
Marchés