Le président du CD&V rêve d’un nouveau modèle politique pour la Belgique: ‘Une Suisse sur la mer du Nord’

Joachim Coens – Isopix

Le président du CD&V, Joachim Coens, lance quelques propositions pour une réforme de l’Etat dans Het Laatste Nieuws ce lundi. Il rêve de voir apparaître une Suisse au bord de la mer du Nord, c’est-à-dire un pays où la politique serait basée sur les communes.

Il s’agit d’une sorte de révolution copernicienne. Avec un pouvoir politique qui n’irait plus ‘du haut vers le bas’, mais ‘du bas vers le haut’: le niveau local, où le CD&V a une forte tradition, devrait toujours être le point de départ. ‘D’abord la commune, puis la Flandre, puis la Belgique: nous mettons le système complètement à l’envers’, affirme Joachim Coens dans Het Laatste Nieuws. ‘Nous ne démolissons pas la Belgique, mais nous la reconstruisons de fond en comble.’

Ce que les communes ne peuvent pas faire, les Communautés s’en chargeraient. Celles-ci travailleraient de manière très indépendante et décideraient de façon autonome de leurs impôts. Le niveau fédéral ne s’occuperait alors que des tâches essentielles – et ce sont les Communautés qui décideraient quels sont ces tâches. En Suisse, il s’agit de l’Intérieur, des Affaires étrangères, de la Justice, de la Défense, des Finances, de l’Économie, l’Environnement et la Mobilité.

‘Confédéralisme de coopération’

Mais d’autres recettes suisses plaisent également à Joachim Coens: notamment un Premier ministre tournant et des référendums (votations) pour impliquer davantage les citoyens. Le CD&V prône également un ‘confédéralisme de coopération’, plus de 11 ans après que l’ancien Premier ministre et collègue de parti Yves Leterme ait lancé ce terme.

Joachim Coens: ‘En Suisse, par exemple, une loi fédérale est toujours soumise aux cantons en premier lieu. Il existe également une obligation d’information mutuelle, en vertu de laquelle l’autorité fédérale et les entités fédérées s’informent mutuellement de leurs activités.’

Pour aller plus loin: