Le pouvoir médiatique des milliardaires de la technologie

Méfiez-vous des milliardaires qui promettent la liberté d’expression. Peter Thiel, conservateur qui a cofondé la plateforme de paiement PayPal et est également conseiller de Donald Trump, a déjà fondé un cabinet d’avocats pour contraindre une entreprise médiatique (Gawker) à la faillite. Il l’a accusée d’avoir outrepassé son droit à la liberté d’expression en révélant que Thiel était homosexuel. Le milliardaire américain a de nouveau fait parler de lui ces dernières semaines en tant que financier de politiciens républicains qui continuent de soutenir que les élections de 2020 ont été truquées. Aux États-Unis, la liberté d’expression inclut la diffusion de fake news. Le premier amendement – contrairement à la plupart des pays européens – est interprété de manière absolue.

Lorsque les pères fondateurs des États-Unis ont réalisé qu’ils avaient oublié d’inclure les droits de l’homme dans la Constitution, ils ont commencé à introduire des amendements en réponse aux besoins changeants de la société depuis la fin du 18e siècle. L’un d’entre eux était le droit à la liberté d’expression. C’était particulièrement important pour eux. Mais ce qu’ils ne pouvaient pas savoir, c’est que 230 ans plus tard, la liberté de la presse et la liberté d’expression seraient mises en danger par les monopoles numériques détenus par les milliardaires de la technologie.

Le fait que des milliardaires contrôlent des entreprises de médias ne devrait pas être un problème en soi

Si l’ancien frère d’armes de Thiel, Elon Musk, prend le contrôle de Twitter, nous risquons d’être livrés aux caprices de l’homme le plus riche du monde. Ce n’est pas nouveau, les riches contrôlent les entreprises médiatiques. Rupert Murdoch, Jeff Bezos, Marc Benioff et Mark Zuckerberg en sont quelques exemples. Le fait que des milliardaires contrôlent les entreprises de médias ne doit pas être un problème en soi. La misère dans une société ne vient pas nécessairement du fait que les éditeurs sont puissants et riches, mais surtout du fait qu’ils n’ont plus de concurrents. La concurrence crée le pluralisme. Là où la diversité d’opinion est perdue, la démocratie est en danger.

L’effet de réseau des plateformes numériques au cours des dix dernières années a plongé la société dans des problèmes encore plus graves. Parce que le manque de diversité d’opinion est amplifié par les groupes d’intérêt qui savent comment abuser des réseaux sociaux et combiner le pouvoir d’opinion avec cet effet de réseau des plateformes numériques. Le meilleur exemple est la récente élection de BongBong Marcos à la présidence des Philippines. Une victoire que l’opposition locale qualifie de « triomphe de la politique de désinformation » et qui est due aux « machines de réseaux sociaux hyperactives et bien financées du camp Marcos ». Grâce à son pouvoir et à sa richesse, Marcos a pu réécrire l’histoire familiale et présenter la dictature de son père éconduit comme une période de paix et de prospérité relatives. Facebook a fait le reste.

Rupert Murdoch non plus, n’est pas sans danger

Les médias traditionnels ne sont pas non plus sans danger. L’Australien Rupert Murdoch domine une grande partie du marché de l’opinion avec le Wall Street Journal et Fox News aux États-Unis et le Times of London, The Sun et Sky News en Grande-Bretagne. L’instrumentation politique de ses médias a conduit à la fermeture du journal dominical News of the World en 2011. Et ce, malgré le fait que 2,5 millions d’exemplaires étaient vendus chaque dimanche. Le tabloïd était au centre d’un scandale aux proportions astronomiques. Les employés du journal auraient écouté au moins 7.000 personnalités publiques, célébrités et hommes politiques afin de faire ressortir des histoires à dormir debout.

Le pouvoir d’opinion couplé à l’effet de réseau des plateformes numériques

Mais des problèmes plus importants menacent une société lorsque le pouvoir d’opinion est combiné à l’effet de réseau des plateformes numériques. Facebook, Instagram et bientôt Twitter seront dominés par des individus. Ils indiquent à leurs techniciens quels algorithmes programmer et comment. Le modus operandi est généralement le suivant : « enragement is engagement » (« plus nous mettons les gens en colère, plus ils passent de temps sur le réseau »). Cela avait déjà conduit à la surprenante victoire électorale de Donald Trump aux États-Unis en 2016. Zuckerberg et Musk sont peut-être politiquement libéraux et inoffensifs. Mais que se passera-t-il si un jour ils vendent leurs plateformes à quelqu’un comme Peter Thiel ? Que se passera-t-il si ces plateformes finissent entre les mains de fascistes ou d’agitateurs ? Tant qu’il n’y aura pas de règles et de lois pour mettre un terme à ces transactions, d’autres dangers nous attendent.

Ouvrez les vannes

Bien entendu, il est important de faire la distinction entre les médias et les plateformes. Les médias disposent de comités de rédaction et donc d’organes chargés de déterminer la vérité. Eux aussi font des erreurs et abusent parfois de leur pouvoir. Mais en général, ils se caractérisent par une publication responsable. Les plateformes, quant à elles, ne distribuent que ce que d’autres personnes téléchargent. Elles ne sont que des médiatrices d’opinions, sans prétention propre à promouvoir la vérité.

Si Musk veut prendre le contrôle de Twitter, personne ne peut le lui interdire. Ce sont les règles du jeu. Mais c’est précisément la raison pour laquelle les parlements et les régulateurs doivent établir des règles claires sur ce que les plateformes peuvent et ne peuvent pas distribuer. Dans notre pays, le Conseil de déontologie journalistique peut intervenir lorsque les éditeurs dépassent les bornes. Pour les plateformes, ce n’est que trop peu souvent le cas. Musk a déjà annoncé sur Twitter qu’il allait ouvrir les vannes. Tous ceux qui ont quelque chose à dire devraient pouvoir le faire. Tout cela sous le drapeau de la liberté d’expression. Sauf quand cela nuit aux activités commerciales de Musk.

Mais l’achat potentiel de Twitter par Elon Musk ne se révélera comme une force socialement productive que si ce n’est pas Musk seul qui définit les règles de la plateforme.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20