Musk est « un défenseur absolu de la liberté d’expression ». Sauf quand ça ne l’arrange pas…

La liberté d’expression est un terme fourre-tout qui est utilisé à toutes les sauces. Elon Musk, qui a pris le contrôle du réseau social Twitter lundi, se présente comme « un défenseur inébranlable de la liberté d’expression ». Sauf quand il ne l’est pas.

Musk a souvent qualifié l’approche de Twitter en matière de modération de contenus de « menace pour la liberté d’expression ». En décembre 2021, Musk a tweeté une image photoshoppée du PDG de Twitter, Parag Agrawal, représentant ce dernier comme le dictateur soviétique Joseph Staline, connu pour sa censure impitoyable à l’époque de l’URSS.

Mais une petite recherche montre rapidement que Musk défend la liberté d’expression, sauf quand cela l’arrange moins. S’il n’a pas manqué une occasion de critiquer les dirigeants de Twitter, il a tenté à plusieurs reprises de supprimer les déclarations susceptibles de nuire à ses intérêts économiques.

Chine

Par exemple, Tesla, la société de voitures électriques de Musk, est extrêmement sensible à toute forme de critique publique. Lorsque des rapports sont apparus sur les réseaux sociaux chinois, en 2020, concernant des freins défaillants dans les voitures Tesla, ils ont été farouchement contestés par Tesla. La Chine est certainement le marché le plus important pour Tesla à l’avenir.

« Freins défaillants », voilà une plainte qui a gâché le salon de l’automobile de Shanghai 2021 pour Tesla. (Photo : Isopix)

Selon l’agence de presse Bloomberg, il y avait « peu ou pas de preuves concrètes qu’il y avait un problème avec les freins des voitures Tesla chinoises. » Mais au lieu d’essayer de convaincre les consommateurs chinois avec des faits, Tesla a essayé d’utiliser le pouvoir du régime autoritaire chinois. Selon des initiés, Tesla s’est plaint au gouvernement chinois de ce qu’il considère comme des « attaques sans fondement sur les réseaux sociaux ». L’entreprise d’Elon Musk aurait demandé à Pékin d’utiliser ses pouvoirs de censure pour bloquer certains de ces messages.

Musk était récemment à Vancouver, au Canada, pour une conférence TED. « La liberté d’expression signifie que quelqu’un que vous n’aimez pas a le droit de dire quelque chose que vous n’aimez pas », a-t-il déclaré à cette occasion. Il a appelé Twitter « la place du village numérique ». Mais lorsque « ce que Musk n’aime pas entendre » met en péril les bénéfices de Tesla, la liberté d’expression devient soudainement secondaire.

Musk n’hésite pas non plus à insinuer que les journalistes qui écrivent de manière critique sur lui sont corrompus. Linette Lopez, qui écrit souvent des articles critiques sur Tesla, a été attaquée par le milliardaire à de nombreuses reprises. Par exemple, il a suggéré de manière récurrente que la journaliste s’était entendue avec des vendeurs à découvert pour négocier sur la base d’informations privilégiées. C’est un crime, mais Musk n’a jamais pu étayer ses affirmations par des preuves.

L’affaire des sceptiques du Montana

En 2018, l’investisseur pseudo-anonyme Montana Skeptic a beaucoup écrit sur les actions Tesla. Montana Skeptic avait une short position sur Tesla, ce qui signifie qu’il ou elle a parié que les actions de Tesla allaient baisser. L’investisseur avait un compte Twitter, ainsi qu’une présence importante sur le blog d’analyse financière Seeking Alpha. En 2018, ce compte a été fermé, tandis que Skeptic a cessé d’écrire sur Tesla. Pourquoi ? Musk aurait découvert l’identité de Montana Skeptic et aurait prévenu son employeur.

Skeptic : « Je ne sais pas ce que Musk me reproche exactement. Je ne pense pas qu’il ait une revendication juridique valable, et je n’hésiterais pas à me défendre s’il devait faire une réclamation. Ma réponse à ses menaces était simplement de protéger mon employeur et de garder mon emploi. »

L’analyse financière de Montana Skeptic s’est avérée erronée, mais une fois encore, on lui a refusé la possibilité de dire des choses que Musk n’aimait pas entendre. Il n’en reste pas moins que le discours pseudo-anonyme est une forme importante de liberté d’expression, car il peut permettre aux gens de mettre en lumière des choses qui, autrement, resteraient cachées. Tout comme le pseudo-anonymat peut être utilisé de manière abusive pour intimider les gens sans qu’ils aient à rendre des comptes.

Que nous réserve l’avenir ?

Musk est donc confronté à un énorme défi. Comment compte-t-il trouver un équilibre entre l’idéal de la liberté d’expression et l’impact destructeur de la désinformation ? En tant qu’entreprise privée, Twitter n’est pas liée par le premier amendement, mais son pouvoir en tant que plateforme de discussion politique est indéniable.

Comme l’a déjà laissé entendre le patron d’Amazon, Jeff Bezos, la Chine sera probablement le plus gros problème de Musk. Non seulement il vend ses voitures dans la dictature la plus puissante du monde, mais il possède également l’une de ses plateformes de communication les plus influentes. Le fait que des tensions menacent finalement d’apparaître entre les deux ne devrait surprendre personne.

Quant à la liberté d’expression des utilisateurs, face aux inquiétudes de ceux qui estiment que les harceleurs ou les contenus aggressifs pourront avoir cours en toute impunité, Elon Musk a tenté de rassurer: « Par liberté d’expression, j’entends tout ce qui est autorisé par la loi ».

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20