Aux Philippines, le fils du cruel dictateur Marcos élu comme président. Comment cela a-t-il pu arriver ?

Lundi, les électeurs philippins se sont rendus aux urnes pour élire un nouveau président et ont donné à l’ancien sénateur Ferdinand « BongBong » Marcos Jr. une victoire écrasante. « BongBong » est le fils de l’ancien dictateur Ferdinand Marcos. Son mandat était connu pour sa corruption, sa décadence et sa cruauté répressive. Jusqu’à ce que les Philippins en aient finalement assez en 1986 et jettent la famille Marcos hors du pays. Apparemment, aux Philippines, la nostalgie des hommes forts est désormais plus grande que le désir de démocratie. Comment ?

Ces dernières années, nous avons pu constater les différentes manières dont la démocratie s’effiloche dans de nombreux pays. La conquête constante des institutions et les guerres culturelles impitoyables menées par le Premier ministre hongrois Viktor Orban ont conduit à une crise politique qui se développe lentement au sein de l’Union européenne. En Inde, le programme nationaliste hindou du parti au pouvoir mine une démocratie longtemps ancrée dans le pluralisme religieux et ethnique du pays. Et les démagogues de droite aux États-Unis et au Brésil ont mis à rude épreuve les garde-fous des systèmes démocratiques de leurs pays, avec des effets variables, mais inquiétants.

Il y a aussi les Philippines, où le rejeton d’un dictateur renversé par des manifestations de masse est sur le point de revenir au pouvoir. Pour « BongBong » Marcos, c’est un triomphe qui boucle la boucle. En 1986, lui et sa famille ont dû fuir le palais de Malacañang à Manille pour vivre en exil à Hawaï. Son père, le dictateur Ferdinand Marcos, avait dirigé le pays sous la loi martiale et pillé des milliards de dollars d’argent public. Sa mère Imelda a utilisé une partie de cet argent mal acquis pour amasser l’une des plus grandes collections de chaussures du monde. Le mandat de la famille Marcos était connu pour sa corruption, sa décadence et sa brutalité répressive.

L’héritage de Duterte

Mais l’état de la politique aux Philippines est tel que de nombreux Philippins n’ont apparemment aucun problème avec un Marcos au pouvoir. Bien que « BongBong » n’ait pas réussi à se démarquer de l’héritage despotique de son père, il est sorti vainqueur avec deux fois plus de voix que sa plus proche rivale, la vice-présidente Maria Leonor « Leni » Robredo.

Marcos reprendra l’héritage laissé par le président populiste et controversé Rodrigo Duterte. Ce dernier, sans possibilité de briguer un second mandat, risque d’être poursuivi par la Cour pénale internationale pour la guerre sanglante contre la drogue déclenchée sous son mandat. Sa politique a donné lieu à des milliers d’exécutions extrajudiciaires.

Les détracteurs de Duterte affirment qu’il a créé un régime « d’homme fort élu », qu’il a réduit l’espace de dissidence et attaqué la presse, tout en s’insurgeant contre un Occident chahuté et en cherchant à resserrer les liens avec la Russie et la Chine. Cela n’a toutefois pas entamé sa popularité auprès d’une grande partie de la population philippine, qui a salué sa ligne dure et s’est laissée prendre au jeu des nouveaux réseaux de désinformation en ligne pro-gouvernementaux apparus pendant le mandat de Duterte.

Triomphe de la politique de désinformation et de la machine des médias sociaux

Marcos s’est présenté à la vice-présidence en 2016, mais ces élections sont distinctes de celles du président aux Philippines et il a été battu par Robredo. Six ans plus tard – avec des usines à trolls et des influenceurs TikTok à ses côtés – Marcos deviendra président avec la fille de Duterte, Sara Duterte-Carpio, comme vice-présidente.

C’est une réalité qui donne à réfléchir à ceux qui se méfient de la longue histoire du pays où de puissantes familles féodales piétinent la politique. La crainte est réelle que le règne de deux enfants d’hommes forts ne renforce un système de patronage et n’affaiblisse davantage les institutions démocratiques.

Certains détracteurs de Duterte affirment que cette élection est largement due au pouvoir de la désinformation en ligne. « Si Marcos gagne », a déclaré le porte-parole de la campagne de Robredo pas plus tard que la semaine dernière, « ce sera un triomphe de la politique de désinformation développée par la campagne de Duterte en 2016 et portée à un nouveau niveau par les machines de médias sociaux hyperactives et bien financées du camp Marcos. »

Ceux qui ont assez d’argent peuvent apparemment réécrire l’histoire

Mais c’est aussi le reflet de l’échec des élites politiques qui ont présidé à la transition démocratique du pays après Marcos. L’élection de Duterte était déjà un signal d’alarme. Les Philippins pro-démocratie ont perdu leur position morale : leur adversaire anti-démocratique a été élu démocratiquement et a reçu un large soutien des classes pauvres et moyennes du pays. Duterte aimait ridiculiser leurs discours moralisateurs sur la démocratie et les droits de l’homme.

Aussi mauvaises que soient les choses sous Duterte, elles risquent d’empirer avec le retour au pouvoir de Marcos. Lui et sa défunte mère sont rentrés au pays dans les années 1990, ont réussi à éviter les graves conséquences juridiques de leur rôle dans la dictature et se sont recentrés sur la vie politique. Ils ont utilisé leur richesse considérable pour redorer l’image de leur famille et l’héritage de la dictature Marcos. Et ils ont fini par profiter du mécontentement persistant de la population face aux problèmes systémiques, tels que la corruption et les inégalités économiques. L’échec de l’establishment politique post-Marcos et les chambres d’écho des médias sociaux ont créé un public prêt pour la fiction historique. Leur pouvoir et leur richesse ont permis à Marcos de réécrire l’histoire familiale et de présenter la dictature comme une période de paix et de prospérité relatives.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20