Le PDG de la deuxième compagnie d’électricité au monde dénonce la politique énergétique de l’UE : « L’origine du gaz pose problème »

L’Union européenne aurait dû « réduire agressivement » sa dépendance à l’égard des importations de gaz depuis longtemps. C’est ce qu’a déclaré Francesco Starace, PDG de l’entreprise publique italienne Enel, cité par le journal économique britannique Financial Times.

Pourquoi est-ce important ?

L'alliance des 27 États européens a été sous les feux des critiques ces derniers mois en raison de sa dépendance considérable vis-à-vis de l'énergie russe (45 % des importations de gaz et 30 % des importations de pétrole proviennent de l'agresseur ukrainien). Maintenant que l'autocrate russe Vladimir Poutine a menacé de couper le gaz aux clients qui ne paient pas en roubles, les détracteurs de la politique énergétique vont se régaler.

Le dirigeant de la deuxième plus grande entreprise de services publics au monde a pris à partie la politique énergétique de l’UE. M. Starace, directeur général de la société italienne Enel, a exhorté les États membres à se tourner rapidement vers d’autres sources d’énergie afin de couper les liens avec la Russie, alors que les tensions liées à la guerre en Ukraine ne cessent de croître.

La semaine dernière, M. Poutine a signé un décret exigeant que les pays jugés « inamicaux » paient leurs approvisionnements en gaz en roubles sur un compte en monnaie russe à la Gazprombank à partir de ce mois-ci. Sinon, ils seraient confrontés à un gel de l’approvisionnement.

Le pétrole de Kadhafi

M. Starace, qui est à la tête d’Enel depuis 2014, a déclaré que les nations européennes auraient dû s’inquiéter de leur dépendance énergétique vis-à-vis des pays tiers il y a des années.

« C’est le tour de la Russie, mais n’oublions pas ce qui s’est passé en Libye il y a 10 ans », a déclaré le PDG de 67 ans. Il faisait référence au soulèvement qui a renversé la dictature de Mouammar Kadhafi, en place depuis quatre décennies. La Libye sous Kadhafi était un important fournisseur de pétrole pour l’Occident. Cependant, au cours de la décennie écoulée, le pays s’est enlisé dans des conflits et des impasses politiques, et la production pétrolière a été réduite à un niveau historiquement bas.

« La provenance du gaz en Europe est un problème », a-t-il encore déclaré.

Enel en Russie

Le gaz, principalement russe, représente actuellement 40 % de la production d’électricité en Italie.

Enel, dont la capitalisation boursière s’élève à 62 milliards d’euros, a accumulé au fil des ans une participation de 300 millions d’euros en Russie. Elle y emploie 1.500 personnes dans trois grandes centrales thermoélectriques.

Le chef d’Enel est l’un des hauts dirigeants italiens qui ont fait l’objet de nombreuses critiques pour avoir participé à une vidéoconférence avec M. Poutine en janvier afin de discuter des liens commerciaux entre leurs pays. Les chefs d’entreprise avaient ignoré l’appel de leur propre gouvernement à annuler l’événement en raison du renforcement des troupes russes près de la frontière ukrainienne.

M. Starace a déclaré qu’il ne s’attendait pas à « ce genre d’escalade » à l’époque et qu’Enel envisageait maintenant de quitter le pays. « Si nous pouvons vendre [à un parti russe], alors nous partirons », a-t-il souligné.

GNL

M. Starace a en outre affirmé que l’UE aurait dû gérer sa « dépendance à l’égard des combustibles fossiles, en particulier du gaz, de manière plus efficace et plus agressive ».

Le directeur général d’Enel a exhorté les pays européens à se libérer des « liens physiques » avec d’autres pays en construisant des usines de regazéification et en louant des installations flottantes afin de pouvoir traiter le gaz naturel liquéfié (GNL) acheminé par voie maritime. Cela leur permettrait de diversifier leurs approvisionnements et de réduire leur dépendance à l’égard des gazoducs fixes (tels que le Nord Stream 1).

Il a également appelé les nations européennes à accélérer leur passage aux énergies renouvelables, tout en reconnaissant que cela ne peut se faire du jour au lendemain.

« Bien sûr, ces choses prennent du temps, donc il faut faire les choses par ordre d’importance », a-t-il fait écho. « Et il est clair qu’il faut d’abord survivre et ensuite essayer de réduire sa dépendance ».

Panneaux solaires en Sicile

Enel, l’un des plus grands producteurs d’énergie renouvelable au monde, prévoit de ne plus utiliser de combustibles fossiles pour produire de l’électricité d’ici 2040.

La semaine dernière, l’entreprise a signé un accord avec la Commission européenne pour augmenter la production de panneaux solaires en Sicile dans le cadre du Fonds européen pour l’innovation.

L’UE espère qu’au moins 40 % d’énergies renouvelables feront partie du bouquet énergétique global d’ici à 2030. Ce plan a été largement critiqué par les chefs d’entreprise en raison du coût de la transition.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20