Le nombre de citoyens de l’UE refoulés à l’entrée du Royaume-Uni explose, malgré la baisse des voyages

(Eduardo Parra / Europa Press/Isopix)

Malgré la crise du Covid-19 et son impact sur les flux de voyageurs, le nombre de citoyens de l’Union européenne empêchés d’entrer au Royaume-Uni a fortement augmenté ces trois derniers mois, ressort-il des chiffres du ministère britannique de l’Intérieur.

Au cours du premier trimestre de 2021, 3.294 citoyens européens n’ont pas pu entrer au Royaume-Uni, malgré le fait que les accords post-Brexit les autorisent à visiter le pays sans visa. C’est près de 7 fois plus qu’à la même période l’an dernier – quand 493 personnes avaient été refoulées – alors que le trafic aérien était 20 fois plus important.

Plus de pouvoir pour les agents de l’immigration

Le quotidien britannique The Guardian, qui rapporte cette information, note que les agents des services frontaliers disposent désormais de larges pouvoirs pour exclure des visiteurs. En effet, si ces derniers sont suspectés de se rendre au Royaume-Uni pour y travailler ou s’y installer, ce qui nécessite un visa spécifique, ils peuvent être refoulés.

Selon les nouvelles règles en matière d’immigration, il incombe au visiteur d’apporter la preuve aux services frontaliers qu’il quittera bien le Royaume-Uni à la fin de sa visite et qu’il ne s’y installera pas pour une longue période. Il doit en outre disposer de fonds suffisants pour financer son séjour.

Dans l’autre sens, les directives des services d’immigration stipulent 6 raisons de mettre en doute l’histoire d’un visiteur, dont le fait qu’il soit sans emploi ou encore que la plupart des membres de sa famille habitent au Royaume-Uni.

Vers une forte hausse des expulsions

Mais alors que le trafic aérien et les flux de voyageurs en provenance de l’UE pourraient retrouver des niveaux normaux à relativement brève échéance, les experts préviennent que le nombre d’expulsions et de détentions risquent d’augmenter en conséquence.

Toutefois, il ressort des chiffres du ministère de l’Intérieur que la plupart des citoyens de l’UE ont été refoulés lors de contrôles aux frontières effectués par les Britanniques dans les ports de ferries européens ou au terminal Eurostar de Paris. Seules 738 personnes ont été expulsées après avoir posé le pied sur le sol britannique dans les aéroports ou les terminaux de ferries outre-Manche. Une partie de ces passagers ont été placés dans des centres de détention avant d’être expulsés.

Cela signifie donc que des centaines de ressortissants de l’UE, dont un certain nombre s’était simplement trompé de bonne foi dans la nouvelle législation post-Brexit, se sont retrouvés enfermés pendant plusieurs jours dans des centres de rétention ou ont été contraints de passer des heures enfermés dans des aéroports dans l’attente d’un vol retour.

Suite à ces révélations sur l’enfermement de citoyens européens, le ministère britannique de l’Intérieur a ordonné que, dans la mesure du possible, ces voyageurs puissent être libérés sous caution en attendant leur voyage de retour. Les personnes qui ont un entretien d’embauche ne doivent par ailleurs pas non plus être refoulées, précise encore le ministère.

Pour aller plus loin: