Le FMI bien plus optimiste dans ses prévisions économiques: voici pourquoi

Gita Gopinath, économiste en chef du FMI. – EPA

Le Fonds monétaire international (FMI) s’attend à ce que la récession mondiale soit moins importante que ce que l’on craignait jusqu’ici. Selon ses prévisions, l’économie belge devrait éviter un ralentissement à deux chiffres et finalement se contracter de 8,3% en 2020.

Selon l’économiste en chef Gita Gopinath, il y a plusieurs raisons pour lesquelles le FMI est désormais moins pessimiste que dans ses précédentes prévisions du mois de juin:

  • Le choc économique du deuxième trimestre, qui a vu de nombreux pays européens mettre en place un lockdown strict, a été moins sévère pour les principales économies avancées que ce qui était redouté dans un premier temps.
  • La Chine a renoué avec la croissance économique plus rapidement que prévu. Le FMI table désormais sur une croissance de 1,9%. Et pour l’an prochain, le Fonds mise sur une reprise de 8,2%, juste derrière celle de l’Inde (+8,8%).

La Chine renoue déjà avec la croissance, une première pour une économie majeure

  • Les premiers signaux du troisième trimestre semblent indiquer une reprise plus forte que prévu.

En conséquence de quoi, l’économie mondiale ne se contractera ‘que’ de 4,4% cette année, selon les nouveaux scénarios du Fonds, et non plus d’au moins 5% comme on le pensait auparavant. Même si l’incertitude demeure élevée en raison des nouveaux foyers de contamination au coronavirus, précise Gita Gopinath.

La Belgique et la zone euro

Pour la Belgique, le FMI prévoit une contraction de 8,3% en 2020, suivie d’une croissance de 5,4% en 2021. Ceci est conforme à la plupart des prévisions des économistes belges.

Il semble donc que notre pays parviendra finalement à éviter le scénario catastrophe d’une économie qui perdrait plus de 10%. Mais un plongeon de plus de 8% reste de toute façon historique. En temps normal, l’économie belge peut compter sur une croissance de 1 à 2% par an.

Les prévisions pour la Belgique sont presque une copie conforme de celles concernant la zone euro. Le FMI s’attend en effet à ce que l’union monétaire subisse également un plongeon de 8,3% cette année.

Par ailleurs, des pays comme les Pays-Bas (-5,4% en 2020) et l’Allemagne (-6%) devraient subir nettement moins de dommages économiques que la France, où une contraction de 9,8% est attendue.

Pour les États-Unis, le FMI table sur une contraction de 4,3% cette année, ce qui est presque deux fois moins que ce qui attend l’Europe.