Le dopage de la BCE sauve les gouvernements : les jeunes en paieront-ils le prix ?

La Banque centrale européenne (BCE) ne prévoit pas d’atténuer son soutien pandémie et pourrait maintenir les taux d’intérêt bas plus longtemps que prévu. Les économistes craignent que les prochaines générations n’aient à payer la facture.

Dans l’actualité

Trois nouvelles de la semaine dernière indiquent la direction que prend l’économie européenne :

  • Les prix des logements néerlandais augmentent à un rythme jamais vu depuis vingt ans.
  • La dette publique accumulée de la zone euro a pour la première fois dépassé la barre des 100 % du produit intérieur brut, loin de la norme de Maastricht de 60 %, presque oubliée.
  • La Banque centrale européenne a confirmé qu’elle ne modifierait pas sa politique monétaire souple pour le moment. Selon les analystes d’ABN Amro, il faut désormais s’attendre à ce que la politique actuelle de taux d’intérêt bas reste en place jusqu’en 2024 au moins.

QE pour l’éternité ?

« Faible pour encore longtemps et QE pour presque toujours », voilà comment les économistes d’ING résument la politique monétaire actuelle. QE signifie « quantitative easing » (assouplissement quantitatif), c’est-à-dire que la banque centrale injecte de l’argent frais dans l’économie en achetant des obligations et des titres.

  • Au début du mois de juin, on spéculait encore sur l’abandon progressif du soutien d’urgence et sur la perspective d’une hausse des taux d’intérêt. Mais cela ne semble plus être le cas.
  • Avant même la crise sanitaire, on spéculait sur le fait que l’assouplissement quantitatif était la « nouvelle normalité » pour les banques centrales.
  • Grâce au soutien pandémie, dans lequel la BCE a fourni aux entreprises et aux gouvernements un crédit bon marché en achetant elle-même les obligations, il n’y a plus de limites. Le total du bilan de la BCE était inférieur à 5.000 milliards de dollars au début de 2020 et s’élevait à 7.900 milliards de dollars au début de ce mois.
  • « Une prolongation du PEPP, le programme d’achats d’urgence face à la pandémie, au-delà de mars 2022 semble de plus en plus probable », indiquent les économistes d’ING.

Le dopage monétaire

Comme la BCE achète également en masse des obligations d’État des États membres de l’Union européenne, leurs intérêts sont de plus en plus étroitement liés. Le phénomène est également perceptible ailleurs dans le monde.

  • Flossbach von Storch, l’un des plus grands gestionnaires d’actifs d’Allemagne, voit les choses ainsi : « Pour éviter que ces importants déficits ne deviennent une charge trop lourde pour les finances publiques, les banques centrales doivent aider les gouvernements en leur fournissant de l’argent bon marché. La politique budgétaire fournit le bois nécessaire pour entretenir le feu économique, tandis que les banques centrales fournissent l’oxygène.
  • Le géant des fonds met en avant les parallèles avec le Japon : « Sur la base de la dette souveraine totale de la zone euro, la BCE détient près de 21 % de la dette souveraine en circulation. Ce pourcentage continuera à augmenter si les achats d’obligations se poursuivent comme prévu. Nous nous rapprochons donc lentement de la situation du Japon, où 39 % de la dette nationale totale est déjà entre les mains de la banque centrale. »

Les jeunes recevront-ils bientôt la facture ?

Les économistes soulignent de nombreuses conséquences négatives qui toucheront principalement les jeunes générations.

  • Le filet de sécurité de la BCE n’encouragera pas les États à économiser. Cela pourrait conduire à une faible discipline budgétaire et à une augmentation de la dette nationale, qui pèsera sur les générations futures.
  • Les personnes de moins de 45 ans risquent aujourd’hui d’être perdantes, car elles recevront moins à la retraite que leurs parents et grands-parents en raison de la fuite des caisses de l’État.
  • Mais il y a aussi des conséquences immédiates : le taux d’intérêt presque nul rend les prêts immobiliers très bon marché, ce qui fait en partie exploser les prix de l’immobilier dans toute l’Europe. Selon certains experts, le premier logement des jeunes risque de devenir inabordable sans le soutien financier de la famille.
  • Comme l’inflation est plus élevée que le taux d’épargne, il n’y a pas de possibilité de se constituer un pouvoir d’achat supplémentaire en épargnant.

Schéma de Ponzi

Le gestionnaire de fonds Flossbach von Storch compare même la politique actuelle à une fraude de Ponzi.

  • « Ce mode de financement, qui rappelle la pyramide de Ponzi, dans laquelle les profits des anciens participants au jeu sont payés par les nouveaux arrivants, est habilement déguisé en utilisant les banques centrales comme intermédiaires. Une telle machine « perpetuum mobile » ne peut fonctionner que tant que les gens ne s’interrogent pas sur la valeur future de l’argent. »
  • Selon de nombreux partisans des crypto-monnaies, cette confiance fondra tôt ou tard.
  • En raison de la complexité de la construction, les jeunes générations peuvent ne pas se rendre compte de ce qui se passe. Flossbach von Storch : « Il est remarquable que cette forme de financement public indirect, qui n’est finalement rien d’autre qu’une facture que les générations futures devront payer, nous semble aujourd’hui si naturelle et inoffensive. »

Pour aller plus loin:

Plus
Lire plus...
Marchés