Le dirigeant du plus grand gestionnaire d’actifs au monde estime que l’inflation restera élevée pendant les années à venir

Larry Fink, PDG de BlackRock, prévoit que l’inflation mondiale restera élevée pendant plusieurs années. Il considère la stagnation des chaînes de production comme un catalyseur.

Pourquoi est-ce important ?

Les prophéties de malheur sont monnaie courante dans le secteur financier aujourd'hui. L'économie mondiale est en proie à une dépréciation monétaire record et à des turbulences géopolitiques. Pourtant, une prédiction du chef du plus grand gestionnaire d'actifs au monde, qui gérait quelque 9.600 milliards de dollars au 31 mars, ne peut être rejetée à la légère: l'anticipation des tendances est le cœur de métier de Blackrock.

La crise « a été exacerbée par le Covid-19 et les lockdowns dans différentes parties du monde », a noté Fink, 69 ans, dans une émission de Bloomberg Television diffusée jeudi. « C’est davantage guidé par l’offre ».

En outre, la banque centrale américaine, la Réserve fédérale, ne dispose pas des ressources nécessaires pour résoudre à elle seule tous les problèmes d’approvisionnement de l’économie, a-t-il indiqué. C’est l’une des raisons pour lesquelles il voit une volatilité continue sur les marchés des actions. Pour lui, la peur provoquera davantage de turbulences sur le marché. Néanmoins, BlackRock « n’a pas vu une énorme réallocation d’actifs de la part de nos investisseurs », s’est-il empressé d’ajouter.

Fink avait précédemment déclaré que la guerre en Ukraine entraînerait de profonds changements dans l’économie mondiale. Les entreprises et les gouvernements seraient contraints de repenser leur dépendance à l’égard des marchés étrangers et de dépenser davantage pour renforcer leurs capacités sur le terrain. « L’invasion de l’Ukraine par la Russie a mis fin à la mondialisation que nous avons connue au cours des trois dernières décennies », a-t-il répété dans sa lettre aux actionnaires au début de l’année.

Énergie verte

L’inflation restera également élevée, car l’économie se tourne vers des sources d’énergie plus vertes, a-t-il souligné. Les entreprises ont publié davantage d’informations sur leurs émissions cette année à la lumière de la transition énergétique.

Toutefois, BlackRock n’est pas favorable aux décisions prescriptives des actionnaires en matière de politique climatique. Fink estime que les gestionnaires d’actifs ne devraient pas être chargés de veiller à ce que les entreprises de leur portefeuille fassent leur part pour protéger la planète. « Je ne veux pas être la police de l’environnement », a-t-il déclaré. « C’est une erreur de demander au secteur privé. »

Activiste ?

BlackRock a fait sensation au printemps dernier en votant le remplacement de trois dirigeants d’ExxonMobil « en raison du manque de volonté du géant pétrolier de passer rapidement à des sources d’énergie plus propres ». Le soutien du géant de l’investissement à « un petit milieu activiste » chez Exxon a incité les critiques à accuser la société de s’aligner sur des causes de gauche, écrivait alors le Wall Street Journal.

Avec ses nouvelles déclarations, Fink veut-il se débarrasser de l’étiquette de militant progressiste que certains lui ont collée ? « Nous nous concentrons sur la durabilité non pas parce que nous sommes des environnementalistes, mais parce que nous sommes des capitalistes et des propriétaires d’entreprises pour nos clients », s ‘était déjà défendu le haut dirigeant dans une lettre antérieure.

Ouragan économique

L’interview de Fink à Bloomberg est intervenue un jour après que le PDG de JPMorgan, Jamie Dimon, a exhorté les investisseurs à se préparer à un « ouragan » économique. Plus tôt dans la journée de jeudi, John Waldron, directeur des opérations chez Goldman Sachs, s’est joint à lui pour prédire une période économique difficile « sans précédent ».

(OD)

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20