Le cosmonaute syrien devenu réfugié

Muhammed Faris n’est que l’un des millions de réfugiés syriens, mais il n’y a pas si longtemps, il était cosmonaute et héros national, indique Rosie Garthwaite, du Gardian.

Muhammed Faris, syrian cosmonaut

(screen capture)

En 1978, Faris est devenu le premier cosmonaute arabe professionnel à aller dans l’espace, voyageant avec l’équipe soviétique jusqu’à la station Mir. « Ces 7 jours, 23 heures et 5 minutes ont changé ma vie », dit Faris. « Quand vous avez vu tout le monde depuis une fenêtre, il n’existe plus de vous et eux, plus de politique. »

Faris est revenu en héros national. Des rues, une école et un aéroport portent son nom. Pourtant, le dirigeant syrien, Hafez al-Assad, a refusé sa demande de fonder un institut national des sciences spatiales. « Il voulait garder les gens ignorants et divisés, avec une compréhension limitée. C’est ainsi que les dictateurs restent au pouvoir. »

Istanbul

Faris a, au contraire, dû enseigner à des jeunes hommes comment piloter des jets de combat puis, à la mort d’Assad, il a été assigné comme conseiller militaire de son fils, Bashar al-Hassad.

Lorsque les manifestations de 2011 se sont transformées en guerre civile, Faris s’est échappé avec sa femme et ses trois enfants par la frontière turque. Il regarde les événements depuis Istanbul avec un désespoir croissant. « De là-haut, lorsque la terre était si petite, j’ai vraiment ressenti au plus profond que je pourrais faire une grande différence pour le monde », dit-il, « Cela n’a pas été facile ».

The Syrian spaceman who became a refugee from Guardian News & Media Ltd on Vimeo.

Lire plus
Marchés