Le coronavirus n’empêche pas la Chine de viser les étoiles

Lancement de la fusée Longue-Marche 5B, le 5 mai 2020. Isopix

La Chine a lancé avec succès mardi une nouvelle version encore plus puissante de son lanceur lourd Longue-Marche 5. À son bord, un prototype de capsule spatiale habitée qui devra, à terme, ouvrir le chemin vers la lune à l’Empire du Milieu.

Lancé depuis la base de Wenchang, le vaisseau s’est placé sur l’orbite voulue après huit minutes de vol, a affirmé Chine Nouvelle, l’agence de presse officielle du régime chinois. Son retour sur Terre est programmé pour vendredi, après avoir effectué une série de tests, a précisé Ji Qiming, de l’agence spatiale chinoise, dont les propos tenus en conférence de presse sont rapportés par Les Echos.

Ce nouveau prototype de capsule spatiale, parti à ce vide lors de cette mission toujours en cours, doit permettre à l’avenir d’envoyer six taïkonautes, la dénomination chinoise des astronautes, dans l’espace. Plus rapide, plus résistant à la chaleur, plus long, plus lourd et partiellement réutilisable, il est appelé à remplacer les vaisseaux Shenzhou, en service depuis le tournant des années 2000.

Le premier lancement réussi du Longue-Marche 5B, capable d’envoyer jusqu’à 22 tonnes en orbite, constitue également une bonne nouvelle pour les futurs projets de l’agence spatiale chinoise.

De grandes ambitions

Dans les prochaines années, la capsule devra permettre l’acheminement des astronautes vers la future station spatiale chinoise d’ores et déjà baptisée Tiangong, ‘Palais céleste’. Celle-ci comprendra un module principal de vie et de travail long de 17 mètres et deux modules annexes pour mener les expériences scientifiques, comme l’explique l’AFP. Son assemblage est censé débuter cette année et sa mise en service est programmée pour 2022.

Mais les ambitions chinoises ne se cantonnent pas à l’orbite terrestre. Comme l’a parfaitement illustré son alunissage réussi d’une sonde sur la face cachée de notre satellite naturel, en janvier 2019, l’objectif à moyen terme de la Chine est d’envoyer des hommes sur la Lune.

Dans cette perspective, le lancement réussi de ce mardi renforce ‘la confiance et la détermination’ envers les prochaines étapes du programme spatial chinois, a déclaré le chef du centre de contrôle de la mission, Zhang Xueyu.