« Le confinement fait plus de mal à la santé que le Covid-19 lui-même »: l’argument anti-lockdown n°1 battu en brèche par une étude

Depuis le début de la pandémie de coronavirus, les détracteurs des mesures de confinement sans précédent affirment qu’elles font plus de mal que la maladie elle-même. Mais une analyse des données sur la santé mondiale suggère que rien ne le prouve.

L’étude conclut notamment que de nombreux problèmes attribués aux lockdowns ne peuvent être facilement distingués de ceux causés par la pandémie elle-même. La principale conclusion est que décider entre lockdown et pandémie est un point de départ très imparfait. La pandémie existe, qu’il y ait ou non un confinement. Si les confinements peuvent avoir des conséquences négatives sur la santé mentale, rien ou presque ne permet d’affirmer que ces conséquences sont pires que celles que l’on observerait dans la même situation sans confinement. Il est beaucoup plus probable que le contraire soit vrai.

Dans le cadre de leur étude, les chercheurs ont examiné les pays qui ont imposé des restrictions sévères avec peu de cas de Covid afin d’évaluer si ces enfermements ont provoqué une surmortalité. En utilisant un ensemble de données internationales sur les décès toutes causes confondues dans 94 pays, les chercheurs ont constaté que des pays comme la Nouvelle-Zélande et l’Australie n’avaient pas connu de surmortalité l’année dernière.

Dans certains pays qui ont agi rapidement et agressivement, le nombre de décès a même diminué

En revanche, les endroits où les restrictions Covid sont peu nombreuses, comme le Brésil, la Suède, la Russie et parfois certaines parties des États-Unis, ont enregistré un grand nombre de décès supplémentaires pendant la pandémie. D’autre part, certains pays qui ont agi rapidement et énergiquement ont souvent enregistré encore moins de décès que les années précédentes. Cela est principalement dû au fait que le virus de la grippe annuelle n’a pas eu voix au chapitre.

La relation entre la santé mentale et les lockdowns est souvent citée, mais le lien entre les épidémies de Covid à grande échelle et la dépression et l’anxiété est souvent négligé, notent les chercheurs : « Manquer l’école affecte clairement la santé mentale des enfants, mais la perte d’un être cher à cause du Covid-19 l’est tout autant. »

L’étude, qui ne contient aucune considération économique, affirme qu’il est probable que les lockdowns aient des effets négatifs. Mais « le fait qu’il n’y ait aucun site dans le monde où un confinement sans un grand nombre de cas de Covid ait été accompagné d’un grand nombre de décès supplémentaires montre de manière assez concluante que les interventions elles-mêmes ne peuvent pas être pires que les grandes épidémies de Covid, du moins à court terme ».

Sur le même sujet:

Plus
Dernière mise à jour:
Dernière mise à jour:
Lire plus...
Marchés
BEL20