Le club des 5: ces pays qui ont procédé à un 3e confinement

Un homme portant un masque buccal sur les rives du Tage, le fleuve qui traverse Lisbonne. – Isopix

Alors que la France s’arrache les cheveux sur le bien fondé d’un 3e confinement, 5 pays ont déjà franchi le pas, dans un club finalement très fermé et peu enviable.

Le Royaume-Uni, l’Irlande, Israël, le Liban et le Portugal. Face à une nouvelle flambée des cas, ces pays n’ont eu d’autre choix que de reconfiner leur population pour la 3e fois.

5 exceptions à l’échelle du monde, mais pour combien de temps encore ? La France tergiverse, ce qui a mené à 5 jours de haute tension au sommet de l’État, comme le rapporte Le Monde. La Belgique, malgré de meilleurs chiffres qu’ailleurs, songe à fermer ses écoles, après avoir interdit les voyages non-essentiels durant tout le mois de février. Rappelons qu’il n’est toujours pas possible d’avoir plus d’un contact rapproché (en dehors du foyer familial) depuis des mois. 10 pays européens ont mis en place des couvre-feux, et l’Autriche et l’Allemagne sont eux dans leur 2e confinement strict.

Alors que de nombreuses questions entourent les vaccins – tant sur la production que sur leur efficacité – la prévision initiale de l’Imperial College de Londres se déroule sous nos yeux. D’après leur hypothèse qui date d’avril dernier (!), nous allions connaitre 6 périodes de confinement sur les 18 prochains mois, soit un tiers du temps. Eh bien nous sommes à la moitié.

  • Le Royaume-Uni reconfine jusqu’à la mi-février au moins (depuis début janvier): fermeture des bars et restaurants, des commerces non essentiels et des écoles. Le Royaume-Uni a été le premier pays à se déconfiner de la 2e vague et l’a payé cher.
  • L’Irlande prolonge son reconfinement jusqu’au 5 mars (depuis début janvier): fermeture des bars et restaurants, des commerces non essentiels et des écoles. L’Irlande a récemment atteint le plus haut taux d’infection au monde (nombre de cas pas 100.000 habitants).
  • Israël reconfine sa population jusque fin janvier (depuis le 27 décembre): Fermeture des écoles primaires et maternelles, des commerces non essentiels et des aéroports. Les Israéliens sont également priés de ne pas se déplacer à plus d’1km de leur domicile. Israël est actuellement le pays le plus avancé en termes de vaccination, 428.000 personnes ont déjà bénéficié d’une seconde dose. Mais la volonté du ministère de la Santé est de prolonger encore le confinement au vu du taux de morbidité encore élevé.
  • Le Liban a prolongé le 3e confinement jusqu’au 8 février: le couvre-feu 24 heures sur 24 est entré en vigueur le 25 janvier dernier suite à la saturation des lits d’hôpitaux. Les Libanais ne peuvent plus sortir de chez eux, même pas pour des courses alimentaires ou de l’exercice. Seuls les supermarchés restent ouverts pour effectuer des livraisons. Ces mesures très strictes ont mené à des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre dans un pays déjà dévasté économiquement et politiquement.
  • Le Portugal reconfine sa population pour au moins un mois (depuis le 15 janvier : le télétravail redevient obligatoire, tandis que les commerces non-essentiels, les bars et les restaurants doivent à nouveau fermer leurs portes. Le pays insulaire avait plutôt bien géré la 1ère vague avant de prendre la 2e vague en pleine face. Les couvre-feux – le soir en semaine, dès midi le week-end – n’ont pas suffi. Les mesures de confinement se sont étendues à tout le pays. On peut ici plutôt parler d’un 2e très long confinement plutôt de trois, mais le processus s’est bien passé en 3 étapes.

La perspective, ce sont bien sûr les vaccins. Mais les soucis de Pfizer et AstraZeneca n’incitent pas à la confiance. L’éternelle balance doit être trouvée entre la situation sanitaire et économique des pays concernés. Un casse-tête qui devraient encore durer des mois.