Après Pfizer, AstraZeneca annonce aussi devoir réduire ses livraisons de vaccins… de 60%

Isopix

La société pharmaceutique AstraZeneca est actuellement confrontée à quelques problèmes de production. Elle a signalé à la Commission européenne devoir réduire de 60% ses livraisons de vaccins vers l’UE durant le premier trimestre de cette année.  

Le vaccin contre le coronavirus, développé par le groupe pharmaceutique AstraZeneca, en collaboration avec l’université d’Oxford, n’a pas encore été officiellement été approuvé par les autorités européennes, mais cette approbation ne devrait pas tarder. L’autorité de régulation des produits pharmaceutiques, l’EMA, devrait prendre une décision à la fin du mois de janvier. 

Mais la société a annoncé hier soir que le volume de la livraison se limiterait à 31 millions de doses. C’est 61% de moins que ce qui était prévu.

‘Les représentants d’AstraZeneca ont annoncé des retards dans la livraison des vaccins par rapport aux prévisions pour le premier trimestre de cette année’, a déclaré sur Twitter la commissaire européenne à la Santé Stella Kyriakides.

Des problèmes de production

Ces difficultés seraient liées à des problèmes de production rencontrés au sein de l’usine belge d’AstraZeneca. Le groupe ne peut produire autant de vaccins que prévu initialement, mais il continue d’augmenter sa production.

Cette annonce est une mauvaise nouvelle pour la Belgique, qui attend 7,5 millions de doses de ce vaccin, qui est aussi le moins cher (1,78 euro par dose). Le vaccin AstraZeneca/Oxford présente l’avantage d’être moins cher à produire que celui de ses rivaux. Il est également plus facile à stocker et transporter, car celui de Pfizer/BioNTech doit être conservé à de très basses températures (-70°C).

C’est déjà la deuxième fois qu’un problème de ce genre est constaté. Il y a une semaine, la société Pfizer a aussi annoncé qu’elle allait fournir temporairement moins de vaccins que les quantités escomptées. 

Lire aussi: