Le Chili et la Colombie parmi les 4 pays les plus innovants du monde

Le Forum Economique Mondial de Davos a présenté un rapport intitulé « Leveraging Entrepreneurial Ambition and Innovation » qui compare les projets industriels et économiques de 44 pays en termes d’innovation entrepreneuriale et de créations d’emplois et d’entreprises. Le Chili et la Colombie, seuls représentants d’Amérique latine répondant aux variables de sélection du classement, figurent parmi les 4 pays les plus innovants de la planète.

Selon Donna Keller, une des responsables de l’étude, le rapport a constaté que les économies les plus compétitives avaient davantage tendance à être fortement constituées d’entrepreneurs faisant preuve d’ambition et d’innovation. Ces caractéristiques, ainsi que la capacité à faire face à un manque de moyens, contribuent de manière positive à toute activité entrepreneuriale ainsi qu’à l’esprit d’entreprise, selon Keller.

D’après la chercheuse, le Chili et la Colombie sont les seuls pays qui se distinguent dans ce sens. L’innovation naît de nouvelles opportunités qui n’arrivent pas, explique-t-elle. « On peut considérer l’esprit d’entreprise comme la manière de générer des rentrées lorsqu’il n’y a pas d’autres opportunités d’emploi.

Le rapport souligne également que les pays en tête du classement des pays innovants ont tendance à offrir de meilleures possibilités de développement pour les entreprises ainsi que des produits novateurs et une relation plus directe avec le public.

Voici le top 4 des pays les plus innovants au niveau mondial :

  1. Chili
  2. Danemark
  3. Afrique du Sud
  4. Colombie

Une mise en garde pour le reste des pays d’Amérique latine

Outre le fait de souligner les caractéristiques innovantes du Chili et de la Colombie, le rapport lance également un avertissement aux autres pays d’Amérique latine, en les exhortant à améliorer les conditions générales propices au développement des talents et de l’ambition des entrepreneurs, afin de stimuler leurs économies. Le rapport constate également que beaucoup d’économies d’Amérique latine ne profitent pas des bénéfices de l’entrepreneuriat, et que la motivation nécessaire pour atteindre des objectifs financiers, personnels et sociaux y est tout bonnement absente. Sur le reste du continent, la formation et la création d’entreprises ambitieuses font défaut.

Selon Kelley, le rôle des gouvernements est primordial lorsqu’il s’agit de créer des lois en faveur de l’entrepreneuriat et de stimuler l’esprit et la création d’entreprise. Ces initiatives peuvent être un vecteur positif pour des personnes qui détiennent des connaissances diverses mais qui partagent la même volonté de vouloir collaborer, conclut la responsable.