L’Amérique se prépare au prochain ravage

Le 6 janvier 2021, une foule prenait d’assaut le Capitole américain pour tenter d’annuler les résultats de l’élection présidentielle de novembre 2020. Liz Cheney, une politicienne en disgrâce du parti républicain, a lu lundi une série de SMS qui éclairent sur ce qui s’est réellement passé ce jour-là.

Il est de plus en plus clair que Donald Trump était bien conscient de ce qui se passait dans et autour du Capitole ce jour-là. Son entourage immédiat, composé de Trumpistes loyaux et connus du monde politique et des médias, a également été très rapide et correct dans l’évaluation des dommages que l’attaque du Capitole menaçait de faire à l’Amérique. Mais lorsqu’ils se sont montrés en vrais patriotes en privé, ils se sont rapidement transformés en « fous du complot » en public.

On peut dire beaucoup de choses de Liz Cheney. Non pas qu’elle fasse partie de ces radicaux de gauche que les républicains accusent aujourd’hui de tous les péchés d’Israël. Cheney est la fille de l’ancien vice-président Dick Cheney. En mai, elle a été exclue du parti républicain, bien qu’elle ait voté pour les projets de loi de Trump dans 93 % des cas. Elle a été exclue parce qu’elle était l’une des rares au sein du GOP à continuer de reprocher à Trump ses mensonges sur la fraude électorale et son rôle dans l’attaque du Capitole. Ça ne se fait pas dans le parti de Trump. Cheney préside maintenant la commission d’enquête qui étudie l’attaque du Capitole.

« Cela nuit à chacun d’entre nous. [Trump] est en train de détruire son héritage »

L’ancien chef de cabinet de Trump, Mark Meadows, a travaillé avec le comité d’enquête pendant un certain temps. Il a remis plus de 10 000 pages de notes couvrant la période entre l’élection du 3 novembre 2020 et l’investiture du président Biden en janvier. Parmi eux, des milliers de SMS envoyés par et à l’entourage de Trump le 6 janvier.

Laura Ingraham, l’une des faiseuses d’opinion les plus populaires de Fox News, a écrit : « Mark, le président doit dire aux gens du Capitole de rentrer chez eux. Cela nuit à chacun d’entre nous. Il est en train de détruire son héritage ». Mais dans les jours qui ont suivi, elle a surtout parlé à l’antenne du « vol organisé » des votes par l’équipe Biden et du « rôle des antifas » dans la prise d’assaut du Capitole. Elle a minimisé l’attaque comme étant l’œuvre de « peut-être, environ 30 personnes ».

Donald Trump junior a également exprimé son inquiétude : « Il doit condamner cette merde dès que possible »

Bestorming Capitool Miniserie
Isopix – Mihoko Owada//STAR MAX/IPx)

Donald Trump junior a également exprimé son inquiétude : « Il doit condamner cette merde dès que possible ». Le tweet de la police du Capitole est insuffisant », a déclaré Donald Trump Jr, en référence au message de son père demandant aux émeutiers de « rester pacifiques ». Ce message a été envoyé 15 minutes après que Trump a condamné son vice-président Mike Pence – l’homme contre lequel les émeutiers ont dirigé leur colère – pour ne pas avoir eu le « courage » de « faire ce qui aurait dû être fait ». Meadows a répondu qu’il était d’accord. Après quoi Trump Jr a fait remarquer que « cela est allé trop loin et est devenu incontrôlable ».

Les textes d’autres faiseurs d’opinion de Fox News ont également été inclus dans l’enquête. « S’il vous plaît, mettez-le à la télé », a écrit le co-animateur de Fox & Friends, Brian Kilmeade. « Il détruit tout ce que vous avez accompli ». « Peut-il faire une déclaration ? » a demandé Sean Hannity, confident de Trump (qui avait reçu le scoop de Trump sur l’attaque américaine en Syrie en 2017) . « Demandez aux gens de quitter le Capitole. »

Pourtant, c’est la déclaration d’Ingraham qui ressort. Elle parle explicitement de la relation symbiotique entre Fox News et le Président. À bien des égards, l’administration Trump et (surtout) Fox prime time ont formé une coentreprise. Ils ont partagé un message, une mission et un objectif. Pendant quatre ans, ils ont soutenu inconditionnellement le président. Jusqu’à ce qu’il aille trop loin. Puis ils ont tourné le dos. Temporairement en tout cas. Dans les jours qui ont suivi, ils ont décidé de défendre à nouveau le président et ses « patriotes ». En minimisant l’importance du 6 janvier, en rejetant la responsabilité sur les autres, et en montant avec zèle aux barricades pour protéger Trump de la mise en accusation et de la condamnation qu’il mérite.

Tucker Carlson, Laura Ingraham en Sean Hannity, les trois faiseurs d’opinion les plus populaires de Fox News (AP Photo/Isopix)

Les chiffres ne mentent jamais

Le rôle de Fox News dans les événements du 6 janvier ne peut être sous-estimé. Les chiffres ne mentent jamais. Fox est la baleine des médias conservateurs américains. La chaîne n’est pas seulement le leader de l’information par câble, elle est aussi le plus grand média conservateur par un facteur de 10. En ligne, son audience est si importante que son trafic web est presque le double de celui des 19 sites de droite suivants réunis.

Fox a aidé à créer la foule qui a attaqué le Capitole le 6 janvier. Il est important de noter que Fox a complété et amplifié la propre couverture de Trump. Fox a abusé de son immense plateforme pour diffuser les mensonges de Trump. L’ancien président et ses fidèles ont eu droit à une tribune gratuite toutes les heures de la journée. Pour répandre mensonge après mensonge. Certains parlent de la plus vaste campagne de désinformation publique de l’histoire américaine.

(AP Photo/Ted Shaffrey, File)

Trump avait besoin de Fox, mais Fox avait aussi besoin de Trump

Lorsque Trump s’est retourné contre Fox News parce que le « Decision desk » a attribué l’État de l’Arizona à Biden le soir de l’élection et a continué à le faire malgré la forte pression de la Maison Blanche, les audiences de Fox ont pris un coup. Fin janvier, deux personnes de haut niveau du « Decision desk » ont été licenciées. Mais avant d’en arriver là, les partisans de Trump étaient déjà passés à Newsmax et OAN (One America News Network). Ce qui a forcé Fox à changer à nouveau son fusil d’épaule.

Un an plus tard, la Fox est à nouveau la Fox. L’importance des mensonges de Trump est minimisée. Trump est à nouveau défendu comme un candidat présidentiel crédible. Les théories du complot concernant le 6 janvier continuent d’être fabriquées et diffusées. Sa tentative de renverser la démocratie américaine est présentée comme une note de bas de page dans son héritage. Les républicains courageux comme Cheney, qui tentent d’enquêter sur les origines et la véritable ampleur de la crise, sont méprisés.

Derrière la vitrine se trouve Rupert Murdoch. Il contrôle la caisse enregistreuse

Un Rupert Murdoch souriant, derrière le défunt Roger Ailes, le fondateur de Fox News – AP Photo/Richard Drew/Isopix

Lorsque les animateurs de Fox News ont imploré le chef de cabinet de Trump, Meadows, de demander au président de rappeler la foule, ils étaient face au monstre qu’ils avaient créé, une foule qu’ils avaient aidé à organiser mais qu’ils ne pouvaient plus contrôler. Aujourd’hui encore, le monstre continue d’être alimenté par des programmes tels que Patriot Purge, un documentaire qui tente de redéfinir le 6 janvier comme faisant partie d’une « guerre contre la terreur 2.0 », dirigée contre des Américains patriotes, victimes d’une possible opération « false flag » menée par le FBI.

Et l’histoire se répète. Le chroniqueur français Dominique Moïsi a écrit au début du mois que l’Amérique n’a pas changé depuis le 6 janvier, « parce que rien ne peut changer dans une société aussi malade de la division ».

Il a raison. Dans la stratégie de Trump, Fox News n’est guère plus qu’un leurre, une vitrine pour séduire les Américains travailleurs, pieux et souvent naïfs. Pour pouvoir en abuser ensuite, comme il l’a fait le 6 janvier. À côté de cette vitrine se trouve Rupert Murdoch. Le magnat des médias gère la caisse. Cette année encore, la Fox est en passe de réaliser 2,2 milliards de dollars de bénéfices. En d’autres termes, Fox News n’est pas une chaîne d’information, c’est une machine à fric.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20