La voiture électrique avait tout pour plaire il y a cent ans ; mais un problème a brisé cette technologie

En raison d’un réseau électrique déficient au cours des premières années de la production automobile, le trafic automobile mondial continue, à ce jour, à fonctionner en grande partie avec des moteurs à combustion fossile. C’est ce que montre une étude réalisée par des scientifiques de l’université de Lund, en Suède. Selon les scientifiques, si la construction élargie des réseaux électriques aux États-Unis avait eu lieu 15 ou 20 ans plus tôt, la majorité des constructeurs auraient probablement opté pour l’électrique.

« L’impulsion pour le développement d’un réseau électrique universel a été donnée dans les années 1930 par le New Deal du président américain Franklin Roosevelt », expliquent les chercheurs. « Mais pour la voiture électrique, cette annonce est arrivée des décennies trop tard ».

Une gamme étonnamment bonne

« C’est une idée répandue que les voitures électriques étaient techniquement inférieures et aussi commercialisées à un prix plus élevé », note le chef de recherche Josef Taalbi, professeur d’histoire économique à l’université de Lund.
« En réalité, cependant, cela ne semble pas être entièrement vrai. Les voitures électriques sont effectivement plus chères, mais pas en proportion de leurs performances. De plus, comme les premières générations de voitures étaient légères et relativement petites, les voitures électriques avaient une autonomie étonnamment bonne. »

« Ce n’est pas toujours la meilleure technologie qui conquiert le marché », affirment les scientifiques suédois. « Grâce à l’électricité bon marché, l’utilisation d’une voiture électrique dans les années 1920 était, selon nos estimations, plus économique pour le conducteur qu’une voiture à moteur thermique. »

« En outre, le passage à la voiture électrique aurait permis de réduire les émissions de dioxyde de carbone de 20 millions de tonnes pour la seule année 1920. »

Toutefois, l’étude montre que la plupart des constructeurs automobiles avaient déjà opté pour la production de voitures à moteur thermique au début du vingtième siècle. « L’accès à l’infrastructure électrique s’est avéré être le facteur le plus important dans les choix de propulsion des constructeurs automobiles », affirme le professeur Taalbi.

« En raison de la lenteur de l’expansion de l’infrastructure électrique, de nombreux constructeurs ont choisi d’investir très tôt dans les voitures à essence. Une partie du problème était que la fourniture d’électricité aux ménages n’était pas rentable pour les producteurs d’électricité privés. »

Objet féminin et de luxe

« Un engagement politique plus large en faveur d’un réseau électrique universel n’a émergé que dans les années 1930 avec le New Deal de Franklin Roosevelt, mais c’était des décennies trop tard pour la voiture électrique », ajoutent les chercheurs suédois.

« En outre, il faut également attribuer une influence à la qualité de l’infrastructure routière. Il a été constaté que l’expansion d’une bonne infrastructure routière profite aux ventes de voitures électriques. Cela implique que ce type de voiture était plus dépendant de la taille et de la qualité du réseau routier. »

« L’étude montre que les constructeurs automobiles ont choisi leur technologie en fonction des conditions qui ont dominé le début du vingtième siècle », souligne Josef Taalbi.

« Le réseau électrique s’est fortement développé au cours des décennies suivantes, mais cela n’a plus eu aucun impact sur le type de propulsion dans la production automobile. L’industrie s’était très vite attachée à un choix de technologie difficile à changer. »

« Un certain nombre d’autres facteurs ont également contribué à l’évolution du secteur automobile », relève M. Taalbi.

« La voiture électrique était caractérisée comme un produit de luxe et un moyen de transport pour les femmes. La voiture à essence, en revanche, était cataloguée comme un moyen de transport aventureux qui avait un grand attrait pour les consommateurs masculins. »

« Nous n’avons pas examiné dans cette étude l’impact de ce phénomène sur le choix final de la technologie, mais il est plausible que les voitures électriques aient été contraintes à une niche de luxe parce que leur activité était largement confinée à l’environnement urbain. »

Investissements dans les infrastructures

« Il n’est pas certain de ce qui se serait passé si le réseau électrique s’était développé plus rapidement », admet M. Taalbi. « Cependant, selon nos modèles, il aurait été probable qu’une majorité de constructeurs automobiles – notamment dans les zones urbaines – se soient tournés vers la production de voitures électriques. »

« Le résultat le plus probable est un système de transport double dans lequel la voiture électrique aurait pu fonctionner comme un moyen de transport fiable dans l’environnement urbain, tandis que la voiture à essence pourrait offrir des avantages intéressants sur de plus longues distances. »

Les chercheurs estiment que les résultats de l’étude ont des implications claires pour les discussions contemporaines. « Si l’on considère la crise climatique actuelle, il est clair que des investissements à grande échelle dans les infrastructures sont nécessaires pour assurer la transition vers un système de transport durable », souligne M. Taalbi.

« C’est vrai pour les voitures électriques, mais aussi pour d’autres technologies d’énergie renouvelable. Les résultats montrent clairement qu’un manque d’infrastructures ou un retard dans les mesures incitatives peuvent être à l’origine d’un certain nombre d’obstacles qui non seulement menacent d’entraver la percée des technologies alternatives, mais contribuent également à pérenniser les technologies existantes. »

Plus
My following
Marchés
Lire plus...
Marchés
My following
Marchés
BEL20