La Turquie veut intégrer le top 10 des producteurs d’or

Goud is voor vele Turken een investering. – Ina Photo Agency/Shutterstock

La Turquie entend produire 100 tonnes d’or par an d’ici le milieu de la décennie, a fait savoir Fatih Dönmez, le ministre turc de l’Énergie et des Ressources naturelles. Il a ajouté que son pays avait l’ambition, à court terme, de figurer parmi les dix plus grands producteurs du monde.

Au début du 21e siècle, la Turquie n’était encore qu’un petit producteur d’or. Mais l’année dernière s’est achevée pour le pays sur une production de 42 tonnes, un nouveau record qui suivait le pic de production de l’année précédente (38 tonnes).

Nouvelles réserves

Fatih Dönmez a calculé que la production d’or avait contribué à hauteur de 2,4 milliards de dollars à l’économie turque. Le producteur Gübretas, qui appartient à l’État, a récemment signalé la découverte d’un important gisement d’or dans la province de Bilecik, au nord-ouest du pays.

Selon les estimations, la mine de Söğüt abriterait environ 3,5 millions d’onces d’or. ‘Aux prix actuels du marché, ces réserves représentent une valeur d’à peu près 6 milliards de dollars’, a souligné Fahrettin Poyraz, à la tête de Gübretas.

Le ministre Dönmez a déclaré que la Turquie devrait lancer la production d’or à Söğüt d’ici la fin de l’année prochaine ou au plus tard l’année suivante. ‘Deux réserves différentes ont été trouvées dans la mine’, a précisé le ministre. ‘En premier lieu, il y a une réserve prouvée de 1,92 million d’onces. Les réserves restantes, de 1,6 million d’onces, pourraient rapporter un rendement d’au moins 83%’.

L’exploitation minière devrait se faire à la fois à ciel ouvert et en sous-sol. Fatih Dönmez s’attend à ce que la mine produise entre 60 et 65 tonnes au moins, mais ce volume pourrait potentiellement atteindre les 100 tonnes.

Le coût des investissements pourrait atteindre 400 millions de dollars, selon Gübretas. L’entreprise souhaite discuter du financement avec un certain nombre de partenaires potentiels, nationaux et étrangers. Le ministre Dönmez a encore noté qu’environ 400 tonnes de réserves d’or ont été découvertes en Turquie au cours des cinq dernières années. Et le pays a investi environ 6 milliards de dollars dans le développement du secteur jusqu’à présent.

Importation

Au début du siècle, la production turque a débuté à 1,4 tonne par an. Ce niveau a par la suite augmenté régulièrement pour atteindre un record de 33,5 tonnes il y a huit ans de cela. S’en est suivi une période de ralentissement, avant qu’une forte reprise ne s’amorce il y a trois ans (27,1 tonnes).

Depuis lors, la croissance s’est poursuivie. Selon la Turkish Gold Miners Association, le pays a produit environ 340 tonnes d’or en deux décennies. Le secteur emploie actuellement quelque 13.200 personnes. On estime que le sous-sol turc pourrait en renfermer 6.500 tonnes de réserves d’or.

Cela n’a pourtant pas empêché le pays d’importer pour environ 25,2 milliards d’euros d’or l’an dernier. ‘Cela représente plus ou moins un doublement par rapport à l’année précédente. Le peuple turc a investi massivement dans les devises fortes et l’or ces dernières années’, pointent les observateurs. ‘En janvier, il y avait une richesse combinée de près de 236 milliards de dollars qui n’était pas investie en livres turques.’

Fatih Dönmez a reconnu que la Turquie était confrontée à d’importantes importations d’or. ‘Nous ne sommes pas ici confrontés exclusivement à l’achat de bijoux’, a précisé le ministre. ‘De nombreux Turcs considèrent l’achat d’or comme un investissement. Il est donc logique d’augmenter la production nationale. De cette façon, les importations peuvent être limitées et la Turquie peut mieux contrôler le déficit de sa balance courante.’