La Tchéquie veut aussi taxer les géants du Net

Google
EPA-EFE/RUNGROJ YONGRIT

Le gouvernement tchèque a approuvé un plan visant à appliquer une taxe sur les géants de l’Internet tels que Google, Amazon, Facebook et Apple.

Cette mesure, semblable à celle de la France et d’autres pays, consiste à imposer une taxe annuelle de 7% sur les revenus numériques des entreprises.

En France, la taxe dite ‘taxe GAFA’ a été approuvée par le Parlement en juillet. Cela signifie que les sociétés Internet réalisant un chiffre d’affaires mondial supérieur à 750 millions d’euros, dont au moins 25 millions d’euros en France, devront désormais payer 3% d’impôts sur leur chiffre d’affaires en France, et non sur leurs bénéfices.

Tchéquie

La taxe tchèque s’appliquerait aux entreprises ayant un chiffre d’affaires supérieur à 750 millions d’euros (830 millions de dollars) et un chiffre d’affaires tchèque supérieur à 100 millions de couronnes tchèques (4,3 millions de dollars).

Le ministère des Finances tchèque a estimé que la taxe pourrait rapporter environ 5 milliards de couronnes (216 millions de dollars) par an dès 2020.

La taxe doit encore être approuvée par le parlement.

Taxe GAFA

Récemment, l’Union européenne a expliqué que si aucun accord sur une taxe GAFA (c’est-à-dire une taxe sur les activités numériques) n’était conclu au plan international d’ici la fin de l’année prochaine, l’Union européenne prendra des initiatives dans ce sens.

En mai, l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a annoncé un plan visant à relever les défis fiscaux créés par la numérisation de l’économie. Elle a indiqué qu’elle proposerait une solution globale avant la fin de l’année prochaine.

Mais elle a réalisé peu de progrès depuis. Cela a conduit à la frustration d’un certain nombre d’Etats-membres, en particulier la France, l’Allemagne et la Grande-Bretagne. Ils veulent en effet s’assurer que les grandes entreprises technologiques s’acquittent d’impôts proportionnels aux importants bénéfices qu’elles réalisent sur leur territoire. La France, puis la Grande-Bretagne ont  annoncé l’institution de leur propre taxe GAFA.