La stratégie de Donald Trump: Melania s’adresse aux électrices et évoque les sujets qui fâchent

First Lady Melania Trump – EPA

La deuxième soirée de la Convention républicaine a été honorée par Melania Trump, qui s’est adressée aux électrices depuis la roseraie de la Maison Blanche. Elle fut également la seule à parler de la l’épidémie de coronavirus aux États-Unis.

Avec son discours, la Première dame a tenté de renforcer l’image du Parti républicain comme gardien de la famille américaine traditionnelle. Son passage était très attendu car, suite à son discours à la précédente convention, Melania Trump avait été accusée d’avoir plagié les discours de l’ancienne première dame Michelle Obama.

L’épouse de Donald Trump a adressé des mots réconfortants aux familles souffrant de l’épidémie: ‘Mes plus sincères condoléances vont à tous ceux qui ont perdu un être cher, et mes pensées vont à ceux qui sont malades ou qui en souffrent. Je sais que beaucoup de gens se sentent anxieux ou impuissants. Je veux que vous sachiez que tu n’êtes pas seuls.’

Tout en évitant de parler ‘de l’autre camp’ (les Démocrates), Mélania Trump n’a pas oublié de jeter quelques fleurs à son époux, ‘un homme, que l’on aime ou que l’on n’aime pas, mais dont on sait ce qu’il pense. Un homme honnête’ qui doit être élu ‘pour les quatre prochaines années’.

La question raciale

Elle a promis à son mari ‘de ne pas se reposer tant qu’il n’aura pas fait tout son possible pour prendre soin de tous ceux qui ont souffert de cette terrible épidémie’. Melania a également exprimé sa gratitude au personnel de santé et a évoqué les troubles entourant les relations raciales en Amérique. Elle a appelé à la fin de la violence et à ne plus juger en fonction de la couleur de la peau.

Aux États-Unis, encore 1.200 Américains sont morts du covid-19 ce mardi, portant le triste bilan à près de 180.000 décès. Le nombre de cas confirmés dans le pays est proche de 5,8 millions.

‘Soulagement pour les terroristes’

D’autres orateurs éminents se sont montrés moins conciliants. Le fils de Trump, Eric, s’en est pris au candidat démocrate Joe Biden, ‘qui erre depuis 47 ans en politique’. Biden ‘ne sait rien des travailleurs américains ou des entreprises américaines’, a-t-il déclaré. Il a également noté que la Chine marcherait sur Biden, le qualifiant au passage de ‘soulagement énorme pour les terroristes’.

Le secrétaire d’État Mike Pompeo a lui salué la politique étrangère de Trump depuis Jérusalem. Pompeo a dépeint son patron comme quelqu’un qui sait comment obtenir un deal, soulignant, entre autres, le rapprochement de Trump avec la Corée du Nord et le récent accord entre Israël et les Émirats arabes unis, dans lequel les États-Unis ont joué un rôle.