La Russie tente de stopper l’exode des investisseurs étrangers

Après que de nombreuses grandes entreprises, dont BP et TotalEnergies, ont vendu leurs actions russes, la Russie demande l’arrêt de la sortie des entreprises occidentales des investissements russes. C’est ce qu’a déclaré le Premier ministre russe, Mikhail Mishutin.

La guerre en Ukraine s’est traduite par une série de sanctions de plus en plus importantes de la part du monde occidental contre l’agresseur russe. De grandes entreprises retirent également leur argent de la Russie en masse.

« Dans la situation actuelle des sanctions, les entrepreneurs étrangers sont contraints de ne pas être guidés par des facteurs économiques, mais de prendre des décisions sous la pression politique », a déclaré le Premier ministre russe Michoutine lors d’une réunion du gouvernement.

« Afin de permettre aux milieux d’affaires de prendre une décision en connaissance de cause, un ordre présidentiel a été rédigé pour imposer des restrictions temporaires sur les départs d’actifs russes. »

Selon Mishustin, la Russie est ouverte au dialogue avec les « investisseurs à l’esprit constructif ». « Nous attendons de ceux qui ont investi dans notre pays qu’ils puissent continuer à y travailler ».

Lundi, la banque centrale de Russie a déjà interdit aux étrangers de vendre des actions russes. Quoi qu’il en soit, la bourse de Moscou restera fermée cette semaine.

Pétrole et gaz

La mesure du Premier ministre russe intervient après que plusieurs grandes entreprises se sont départies de leurs actions russes. Les géants du pétrole et du gaz Shell et BP ont suspendu leur coopération avec les entreprises publiques russes Gazprom et Rosneft.

La société norvégienne Equinor et la société française TotalEnergies ont également annoncé leur départ. « Nous sommes tous profondément troublés par l’invasion de l’Ukraine, qui représente un terrible revers pour le monde, et nous pensons à tous ceux qui souffrent en raison de l’action militaire », a déclaré Anders Opedal, président et PDG d’Equinor, dans un communiqué.

Le fonds spéculatif Man Group et le gestionnaire d’actifs britannique ABRDN ont également réduit leurs positions en Russie. « Il y a définitivement une volonté des gestionnaires d’actifs et des fournisseurs d’indices de référence de se débarrasser des actions russes dans leurs portefeuilles », a déclaré à Reuters Kaspar Hense, gestionnaire de portefeuille senior chez Bluebay Asset Management à Londres. La valeur historiquement basse du rouble n’y fait pas obstacle.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20