La nouvelle saga de l’été? : ‘Exaspérée’, ZenTech n’a toujours pas été payée par l’État belge pour 1,2 million de tests sérologiques

EPA

La biotech wallonne ZenTech, qui avait fait la une de la presse internationale pour son test sérologique Covid-19 rapide et performant, cite l’État belge en référé. Ce dernier n’a toujours payé la société pour 1,2 million de tests déjà livrés sur une commande totale de 3,65 millions d’unités.

‘Exaspéré par la carence fautive de l’État, ZenTech cite l’Etat belge en référé’, annonce ce mardi la biotech wallonne dans un communiqué de presse. En mai dernier, l’État belge avait commandé à l’entreprise liégeoise 3,65 millions de tests sérologiques pour détecter le SARS-COV-2. ‘Au début du mois de juillet, 1,2 million de tests ont déjà été produits et restent toujours en attente de paiement’, précise la société.

Le kit proposé par ZenTech, premier du genre à avoir été approuvé par les autorités sanitaires, ‘donne très rapidement un résultat fiable à 98,5% si le test se révèle négatif, et à 100% s’il est positif. Il n’y a pas de faux positifs’, expliquait à l’époque Éric Louis Poskin, porte-parole de ZenTech. Une efficacité qui avait attiré l’attention de la presse internationale dès la fin du mois d’avril.

Lettres mortes, renégociation surprise…

Mais en à peine quelques mois, la relation commerciale entre les deux parties s’est fortement détériorée. ‘Pendant trois mois, différents courriels et courriers officiels ont été envoyés à l’État. Ces courriels et courriers sont restés lettre morte sans même un accusé de réception jusqu’en début juillet’, relate la biotech wallonne dans son communiqué.

‘ZenTech s’est vu alors, à sa grande surprise, convoqué à une négociation en vue de ‘envisager une révision du contrat à la baisse’ sous prétexte de ‘changement du marché’’, poursuit la firme liégeoise.

… Et report

Mais alors qu’une proposition de révision devait être formulée par un représentant du ministre en charge de l’approvisionnement du matériel destiné à lutter contre le coronavirus, Philippe De Backer, ‘aucune proposition ni orale ni écrite, de l’État n’a été reçue par ZenTech si ce n’est ce 4 août, une demande de reporter la proposition attendue jusqu’en septembre.’

Mise au pied du mur par l’État – ZenTech affirme avoir engagé 4 millions d’euros pour respecter sa part du contrat – la biotech s’est donc tournée vers la justice et le Tribunal de Première Instance de Liège pour une action en référée.