La montagne de dettes commence à s’effondrer : Evergrande est officiellement désigné comme défaillant

Le titan immobilier chinois Evergrande a été désigné jeudi comme défaillant pour la première fois depuis le début de la saga de sa dette. Le promoteur immobilier le plus endetté au monde est confronté à une importante restructuration.

Evergrande, une méga-entreprise chinoise qui, outre l’immobilier, produit également de l’eau potable, des produits laitiers et des voitures électriques, entre autres, a annoncé cet été qu’elle était parvenue à accumuler 300 milliards de dollars de dettes. Des années d’emprunts excessifs auprès de divers prêteurs (et même de ses propres employés) sont la principale cause de la montagne astronomique de dettes. Evergrande gère plus de 1 000 projets immobiliers dans quelque 200 villes chinoises.

Ces derniers mois, le promoteur immobilier a réussi à éviter le défaut de paiement et la faillite en remboursant ses dettes, parfois à la dernière minute. Pour ce faire, le patron d’Evergrande, Hui Ka Yan (Xu Jiayin en mandarin), devrait sacrifier sa fortune personnelle, selon Pékin. Evergrande cherchait également fébrilement à conclure des accords avec le gouvernement chinois et ses concurrents, impliquant souvent la vente de certaines parties de l’entreprise ou de locaux. Ceux-ci ont trop souvent échoué.

Lundi, l’inévitable s’est finalement produit. Evergrande a manqué deux paiements d’obligations ce jour-là, selon l’agence de notation Fitch Ratings. Selon Fitch Ratings, Evergrande n’a pas répondu à une demande de confirmation du paiement. En conséquence, le promoteur a été officiellement déclaré en défaut par l’agence de notation.

Un scénario dans lequel Evergrande ne pourrait pas payer les 19,2 milliards de dollars qu’il devra bientôt cracher semble de plus en plus probable.

Les créanciers s’arment d’avocats

« Cette perte de statut n’aura peut-être pas d’effet immédiat ou manifeste sur le cours des affaires en Chine, mais elle pourrait subtilement accroître la pression sur l’entreprise et les régulateurs pour qu’ils proposent des plans de restructuration », a déclaré Brock Silvers, directeur du fonds d’investissement Kaiyuan Capital de Hong Kong, à l’agence de presse Bloomberg.

Evergrande a déclaré dans une correspondance du 3 décembre que le groupe prévoyait de « s’engager activement » avec les créanciers étrangers dans le cadre d’un tel plan de restructuration. Le géant de l’immobilier souhaite déjà inclure dans ce plan toutes ses obligations étrangères publiques et ses obligations envers des créanciers privés, ont déclaré des initiés à Bloomberg.

Pendant ce temps, divers détenteurs d’obligations et d’anciens prêteurs consultent une armée de conseillers financiers et d’avocats pour obtenir de l’argent du mastodonte de l’immobilier. La liste des détenteurs d’obligations d’Evergrande comprend certaines des plus grandes sociétés d’investissement du monde, telles que BlackRock, Ashmore Group, UBS Group et Allianz SE.

Le géant chinois de l’immobilier n’est pas le seul à avoir des problèmes

Jeudi, l’agence de notation Fitch Ratings a également revu à la baisse la solvabilité du groupe Kaisa, une autre société immobilière chinoise. La société a manqué le paiement d’une obligation étrangère d’un montant de 400 millions de dollars qui devait être payée mardi. La baisse du score de crédit activerait une montagne de dettes de 11,2 milliards de dollars. Kaisa était pourtant devenu une icône des marchés de crédit émergents chinois ces dernières années après avoir fait un retour miraculeux après un défaut de paiement très médiatisé en 2015.

Les sociétés immobilières chinoises Fantasia, S&P Global et Sinic Holdings sont désormais également menacées de défaut de paiement ou de faillite.

Pékin, quant à elle, ne veut toujours pas d’un « sauvetage » pour aider les géants de l’immobilier à se sortir de leurs difficultés. Le parti communiste fait savoir qu’il ne tolérera pas que les entreprises privées accumulent des dettes massives. La banque centrale chinoise a communiqué vendredi qu’elle maintient toujours que la montagne de dettes d’Evergrande « peut être limitée » et « ne pose pas de risque » pour sa propre économie. Evergrande serait un bon exemple de « mauvaise gestion » et d' »expansion irréfléchie », estime l’institut financier chinois.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20