La justice belge ferme le réseau social lié à la cryptomonnaie Vitae

Vitae.co et Vitaetoken.io, le réseau social et le site web derrière la cryptomonnaie « Vitae », ont été mis hors ligne mardi sur ordre d’un juge d’instruction, a informé le parquet fédéral par voie de communiqué. Une grande quantité de monnaie virtuelle a également été saisie. Le ministère public ne souhaite pas fournir d’autres informations pour le moment dans un souci de préservation de l’enquête.

Un grand pictogramme rouge « STOP » et un message d’avertissement « le site que vous essayez de consulter contient des informations illégales au regard de la législation belge », accueillent maintenant toute personne qui tenterait d’accéder à ces deux sites internet.

Annonce sur le site de Vitae.co

Vitae se présente comme un nouveau réseau social basé sur la technologie blockchain « défendant « l’intégrité et la confidentialité » de ses utilisateurs. Il promet de ne pas vendre les données personnelles et de ne pas placer de publicités sur le fil d’actualité des utilisateurs.

« Vitae est un réseau social pour les personnes qui veulent la liberté d’expression, qui accordent de l’importance à la vie privée et qui veulent être des clients plutôt que des produits vendus aux annonceurs », peut-on lire dans un dépliant promotionnel. « Un réseau social où les gens peuvent gagner de l’argent grâce à leurs messages de valeur et être récompensés pour leurs activités. »

Publier sur la plateforme est gratuit, mais partager une publication sur votre timeline coûte 0,10 « crédits ». Sur ce chiffre, Vitae indique que 0,02 « crédits » vont au créateur du message, tandis que les 0,08 autres « crédits » sont répartis entre quatre autres membres. Un « crédit » a une valeur de 1 dollar US.

Depuis le lancement de la plateforme le 1er février, de nombreuses personnes sont devenues membres, mais il est à craindre qu’il s’agisse d’une fraude, notamment de type pyramidal, où les rendements très intéressants qui sont promis, sont bien supérieurs au rendement réel du marché.

Pour aller plus loin:

Plus
Lire plus...
Marchés